mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Augmentation du nombre de victimes d’un massacre au Burkina Faso

Ouagadougou, 7 juin (Prensa Latina) Une attaque perpétrée contre le village de Solhan, dans la province de Yagha (dans le nord du Burkina Faso), a fait 160 morts, pour qui est actuellement respecté un deuil national de 72 heures.

Selon Radio Omega, le dernier bilan officiel a fait état de 30 morts supplémentaires au nombre auparavant rapporté au sujet de ce qui est considéré comme le massacre le plus sanglant de ces derniers temps dans ce pays de la région africaine du Sahel.

L’assaut, qui s’est produit tôt samedi matin et dont aucun groupe armé n’a revendiqué la responsabilité, a tué 160 villageois, dont une vingtaine d’enfants, et en a blessé 40.

Hamadi Boubacar, maire de la ville de Sebba, voisine de Solhan, a déclaré : “De nombreux assaillants sont arrivés sur une vingtaine de motos vers 02h00 du matin. Ils ont principalement attaqué le site minier proche du village”, situé à la frontière avec le Niger.

“Les attaquants ont agi sans pitié et ont tué tous ceux qu’ils ont trouvés sur leur chemin”, a ajouté Boubacar.

D’après une source publique, les agresseurs s’en sont également pris à des maisons de civils et ont procédé à des exécutions après avoir assailli un poste de la milice des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), qui est soutenue par l’armée nationale et opère comme un détachement paramilitaire antiterroriste.

Dans un communiqué, le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a condamné l’action comme l’attaque terroriste la plus meurtrière de l’histoire du Burkina Faso.

jcc/mem/mt

EN CONTINU
notes connexes