vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les États-Unis accusés de vouloir s’emparer des réserves pétrolières vénézuéliennes

Caracas, 22 juin (Prensa Latina) Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a dénoncé hier les intentions des États-Unis de prendre le contrôle des réserves pétrolières de la nation sud-américaine en appliquant des mesures coercitives unilatérales. 

S’exprimant lors du panel « Énergie, ce que l’avenir nous réserve », organisé dans le cadre du Forum diplomatique d’Antalya en Turquie, Arreaza a rappelé que le pays sud-américain possédait les plus grandes réserves de pétrole brut prouvées au monde, en plus de celles de gaz et de charbon, et que « le modèle capitaliste avait besoin de ces ressources ».

Concernant la possibilité que les sanctions adoptées par Washington contre le Venezuela soient levées, le ministre a souligné qu’au cours des 20 dernières années, la révolution bolivarienne a coïncidé avec plusieurs administrations nord-américaines qui répondent à un système pouvant changer de tactique mais pas d’objectifs stratégiques.

Le ministre des Affaires étrangères a déclaré que les États-Unis avaient les portes ouvertes s’ils voulaient investir dans le secteur pétrolier du Venezuela, mais sur la base d’une relation de respect mutuel et conditionnée par la cessation des agressions contre le pays sud-américain.

Il a de même souligné l’importance de la question énergétique dans la géopolitique et pour la survie des êtres humains, affirmant que la transition vers des énergies durables ne pouvait pas être organisée par décret. « Elle prendra plusieurs décennies et l’utilisation du pétrole et du gaz continuera », a estimé le ministère vénézuélien des Affaires étrangères dans un communiqué de presse.

Le Forum diplomatique d’Antalya a réuni des représentants de pays de plusieurs continents et d’organisations multilatérales avec un programme axé sur le renforcement de la diplomatie internationale.

Dans le cadre de son agenda dans la nation eurasienne, le chef de la diplomatie vénézuélienne a tenu une réunion samedi avec son homologue turc Mevlüt Çavusoglu, avec lequel il a passé en revue l’état des relations bilatérales et les liens dans des domaines de coopération stratégique.

peo/jcc/rc/wup

EN CONTINU
notes connexes