samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des terroristes préparent des attaques chimiques sous faux drapeau en Syrie

Damas, 23 juin (Prensa Latina) Les autorités syriennes ont dénoncé aujourd’hui que des groupes terroristes conseillés par les États-Unis et d’autres gouvernements occidentaux persistent dans leurs tentatives de mettre en scène des attaques avec des armes chimiques pour accuser l’armée du pays de tels actes. 

Des groupes radicaux et des membres des « Casques blancs » poursuivent leurs préparatifs pour fabriquer des actions criminelles au moyen d’armes chimiques dans certaines zones des provinces d’Idlib et de Hama, et l’objectif est d’accuser Damas, a annoncé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué de presse.

Il a révélé que la Junte pour la libération du Levant – ancien Front al-Nousra et inscrit sur la liste du terrorisme international -, a déplacé des camions-citernes chargés de chlore brut depuis la frontière avec la Turquie jusqu’à la ville d’Atma dans la province d’Idlib, dans le nord de la Syrie, où il est traité dans un laboratoire et transformé en gaz.

Cette substance toxique est ensuite introduite dans des obus tirés sur des zones résidentielles dans la région rurale d’Idlib, selon la note.

Ces actions sont gérées et soutenues par Washington, certains gouvernements occidentaux et les services de renseignement turcs qui offrent non seulement des conseils mais aussi une couverture médiatique et politique à ces groupes, dénonce Damas.

Nous exhortons l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) à ne pas ignorer ces données et à ne pas se laisser manipuler par Washington et ses alliés, souligne le communiqué.

Le ministère des Affaires étrangères a réaffirmé que ces actions criminelles n’empêcheraient pas l’armée syrienne de poursuivre sa lutte contre le terrorisme jusqu’à son éradication définitive et de rétablir la stabilité dans l’ensemble du pays.

La Syrie a rejeté à plusieurs reprises les rapports de l’OIAC accusant Damas d’utiliser ce type d’armement et a assuré que les terroristes mettaient en scène des attaques pour en accuser l’État. 

Damas a dénoncé le fait que cette Organisation soit devenue un outil pour mettre en œuvre les plans agressifs des États-Unis et de leurs alliés et un espace pour régler des comptes politiques avec la Syrie. 

peo/jcc/mem/fm/cvl

EN CONTINU
notes connexes