mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Éthiopie répondra aux violations du cessez-le-feu au Tigré

Addis-Abeba, 1er juillet (Prensa Latina) L’Éthiopie est prête à répondre à toute attaque qui compromettrait le cessez-le-feu dans l’État régional du Tigré, a déclaré aujourd’hui en conférence de presse le général de l’Armée fédérale, Bacha Debele. 

Nos forces ont été évacuées de Mekele parce que cette ville (capitale tigréenne) a cessé d’être une menace pour la nation, mais elles feront face à toute éventualité, a-t-il déclaré lors d’une audition publique avec le ministre d’État aux Relations internationales, Redwan Hussien.

Ainsi, le haut responsable a contredit les affirmations selon lesquelles le Front de libération populaire du Tigré (TPLF, pour ses sigles en anglais), avec ses alliés, en a déplacé la force de défense nationale au début de la semaine en cours.

Le TPLF a été vaincu dans une guerre conventionnelle rapide, alors qu’il était armé jusqu’aux dents, maintenant sa structure militaire, administrative et organisationnelle est détruite, il ne peut en aucune façon obliger les forces éthiopiennes à quitter la ville, a commenté Debele.

Il est temps, a-t-il déclaré, que l’armée se concentre à nouveau sur la protection de la sécurité et de la souveraineté de la nation, cette fois d’une provocation extérieure, au lieu de lutter contre les restes d’une force déjà handicapée.

Pour sa part, Hussien a expliqué que le cessez-le-feu établi par les autorités fédérales au Tigré ‘a examiné les objectifs de l’opération de maintien de l’ordre, la survie du pays, les préoccupations du peuple et de la communauté internationale’.

C’est une mesure conséquente, car nous avons atteint l’objectif de neutraliser militairement le Front (TPLF), de récupérer ou de détruire des munitions pillées, de libérer tous les soldats enlevés par le groupe terroriste et de tenir les auteurs d’actes criminels dans la région pour responsables, a-t-il assuré.

Bien que la capacité de cette organisation à lancer une guerre conventionnelle ait pu être annulée, a déclaré le Ministre, la trêve a été déclarée pour éviter les échanges de tirs entre les troupes nationales et des civils trompés et utilisés comme chair à canon par le TPLF.

Nous espérons maintenant que la communauté internationale augmentera son soutien au peuple du Tigré et son attention sur les actes de violence du Front, au mépris de la trêve et en menaçant d’attaquer l’État d’Amhara et le territoire érythréen, a déclaré le diplomate.

peo/mem/raj

EN CONTINU
notes connexes