dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Demande au gouvernement des États-Unis de dédommager les Afro-Américains

Washington, 2 juillet (Prensa Latina) Le milliardaire étasunien Robert L. Johnson a exigé que l’administration du président Joe Biden dédommage les descendants d’esclaves noirs à hauteur de 14 millions de millions de dollars, rapporte aujourd’hui le portail en ligne Vice News. 

Si la proposition de Johnson est approuvée, chaque Afro-Américain recevrait environ 333 400 dollars, selon les calculs de la publication.

L’homme d’affaires, fondateur du réseau Black Entertainment Television, a également exigé que le Congrès relance une proposition présentée il y a plusieurs décennies qui ouvrirait la voie à des réparations en faveur des citoyens afro-américains pour des centaines d’années d’esclavage.

Selon Johnson, cela correspond d’une certaine manière aux pertes matérielles de la communauté dues au travail forcé et à l’inégalité raciale.

Les réparations exigeraient que le pays tout entier admette que le résultat de l’esclavage a été 200 ans de racisme systémique et que, pour cette raison, les Noirs s’étaient vus refuser entre 13 et 15 millions de millions de dollars de richesses, a déclaré Johnson dans l’interview accordée à Vice News.

“Nous devons donc, en tant que nation, expier cette culpabilité et payer les Noirs de toutes sortes – riches, pauvres et classes moyennes – de notre propre poche », a poursuivi le milliardaire d’origine africaine.

Johnson a été le premier à réclamer lesdites réparations en juin dernier en déclarant que les indemnisations pour dommages causés « sont un facteur normal d’une société capitaliste lorsque on est privé de certains droits », assurant que l’argent ainsi distribué serait canalisé vers la consommation et donc réinjecté dans l’économie.

Selon les chiffres du Bureau du recensement des États-Unis, il y a environ 44 millions d’Afro-Américains aux États-Unis.

En outre, des chercheurs de l’Université de Californie à Berkeley ont publié un rapport selon lequel la ségrégation raciale a augmenté dans plus de 80 % des régions métropolitaines nord-américaines au cours des dernières décennies.

Selon le rapport, si une grande partie du pays s’est diversifiée, la ségrégation raciale reste élevée, et la liste est dominée par Detroit, suivie de Hialeah, en Floride, et de Newark, dans le New Jersey, en tant que villes les plus ségréguées de la nation.

Seules 40 des plus de 200 régions métropolitaines analysées par les chercheurs de l’université de Californie à Berkeley sont devenues moins ségréguées, et parmi celles-ci, seules Colorado Springs, dans le Colorado, et Port St. Lucie, en Floride, sont considérées comme intégrées, a déclaré Stephen Menendian, l’auteur principal de l’étude, au quotidien The Guardian.

peo/jcc/jcm/rgh

EN CONTINU
notes connexes