jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Juin avec les pires chiffres concernant la Covid-19 à Cuba

La Havane, 2 juillet (Prensa Latina) Cuba présente aujourd’hui une situation épidémiologique complexe due à la Covid-19, après avoir conclu le mois de juin avec les chiffres les plus défavorables depuis le début de la pandémie dans le pays en mars 2020. 

L’enregistrement total au sixième mois de l’année de 50 622 nouveaux cas (soit une moyenne de 1 687 par jour) et de 337 décès dus à des complications liées à la maladie montre la forte transmission sur la quasi-totalité du territoire national.

Une moyenne de 11 décès a été signalée chaque jour, avec un maximum de 18.

Pour la première fois, le nombre de nouveaux cas confirmés en une journée a dépassé les 2 000, avec des jours à plus de 3 000 cas signalés. Actuellement, 16 557 patients restent hospitalisés avec le virus actif, dont 2 286 ont moins de 18 ans (177 ont moins de 12 mois).

Il y a 184 patients en soins intensifs : 77 dans un état critique et 107 dans un état grave (dont six en âge pédiatrique).

Ces dernières semaines, le virus est devenu plus agressif, même chez les jeunes sans comorbidités, a déclaré le Dr Francisco Durán, directeur national d’Épidémiologie.

En juin, 7 871 enfants de moins de 18 ans ont été diagnostiqués (soit une moyenne de 262 par jour), et la perte d’un enfant de deux ans a été déplorée.

Une forte transmission autochtone est signalée dans presque toute la nation, puisque seule la municipalité spéciale Isla de la Juventud n’a pas enregistré de cas depuis 15 jours.

Jusqu’à présent, un total de 176 030 patients ont été guéris, mais ils ne sont pas exempts de séquelles, qui font l’objet d’un suivi.

D’autre part, jusqu’au 29 juin, 5 988 743 doses de candidats vaccins anti-Covid-19 cubains ont été administrées dans le cadre de différents processus tels que des essais cliniques, des études d’intervention et des interventions sanitaires.

Une autorisation est actuellement attendue pour l’utilisation d’urgence du candidat vaccin Abdala, développé par le Centre de génie génétique et de biotechnologie.

À cette fin, les autorités réglementaires nationales analysent la documentation requise et inspectent le processus de production.

D’autre part, l’Institut Finlay de Vaccins devrait bientôt soumettre les documents requis pour l’autorisation de son candidat vaccin Soberana 02.

Ce statut réglementaire permet l’utilisation massive de l’immunogène (déjà officiellement reconnu comme vaccin) sur le territoire national, et sa commercialisation vers d’autres pays, alors que l’urgence sanitaire se poursuit.

Il a été récemment confirmé que les candidats Abdala et Soberana 02 ont déjà dépassé la limite d’efficacité (50 %) établie par l’Organisation mondiale de la santé pour être considérés comme des vaccins.

peo/jcc/oda/rbp

EN CONTINU
notes connexes