jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des manœuvres de droite déguisées en activisme civique en Bolivie

La Paz, 4 août (Prensa Latina) L’ancien président bolivien Evo Morales a dénoncé aujourd’hui la droite politique de son pays qui encourage des manœuvres de déstabilisation déguisées en activisme civique et a appelé ses compatriotes à ne pas tomber dans les provocations. 

« Une fois de plus, les putschistes annoncent des mobilisations anti-démocratiques contre le gouvernement légitime, légal et constitutionnel de notre frère président @LuchoXBolivia. Ils défendent les paramilitaires et les appellent « activistes ». Le peuple ne succombera pas aux provocations et défendra la démocratie », a écrit Morales sur Twitter.

Dans son commentaire, le leader indigène a fait référence aux manifestations que les partis et autres organisations de droite encouragent dans les prochains jours comme moyen de pression pour obliger le gouvernement à rouvrir l’enquête judiciaire connue sous le nom d’affaire de fraude électorale.

Ce processus a permis d’enquêter sur la fraude présumée dans le décompte des voix des élections générales de 2019, lors desquelles Morales a été réélu au premier tour.

La mission d’observation de l’Organisation des États américains a publié un rapport basé sur des données incomplètes concernant des irrégularités dans le système de comptage automatisé, et a suggéré que ces irrégularités avaient pour but d’avantager le premier président autochtone de l’histoire du pays sud-américain.

Ce document a servi d’excuse à la droite bolivienne pour lancer le coup d’État qui s’est soldé par la démission de Morales et l’installation d’un gouvernement anticonstitutionnel dirigé par Jeanine Áñez.

Des études ultérieures ont conclu que, bien qu’il y ait eu des irrégularités dans le processus, elles n’ont pas eu suffisamment de poids pour modifier la tendance du vote, qui a toujours été en faveur de Morales, rejetant ainsi le récit de la fraude et validant la thèse du coup d’État.

L’analyse la plus récente sur la question, commandée officiellement par le gouvernement bolivien à un groupe de recherche de l’université de Salamanque, en Espagne, est arrivée à la même conclusion, et le ministère public a classé l’affaire.

Cependant, la droite et les organisations apparentées insistent sur la poursuite de l’enquête et ont annoncé des manifestations et des blocages de routes dans différentes parties du pays andin-amazonien dans les prochains jours.

jcc/oda/avs

EN CONTINU
notes connexes