vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un complot entrepreneurial s’ajoute aux menaces contre le Gouvernement péruvien

Lima, 20 octobre (Prensa Latina) La révélation d’un complot d’entreprises contre le gouvernement a rejoint aujourd’hui une polémique loi approuvée par l’opposition parlementaire et dénoncée par certains comme une étape clé pour tenter de destituer le président du Pérou, Pedro Castillo.

La conjuration a été découverte par le portail journalistique El Foco, qui a publié des dialogues sur Internet du groupe des entrepreneurs qui coordonnent des actions pour déstabiliser l’exécutif jusqu’à sa chute. 

La conspiration a été rendue publique presque en même temps que la majorité d’opposition au Congrès de la République a ratifié une loi qui réduit au minimum la possibilité constitutionnelle du président de dissoudre l’organe législatif en guise d’action défensive face à son obstructionnisme.

Les conjurés, a ajouté le rapport, ont convenu, dans le but de ‘sortir le communisme du gouvernement’, de financer une grève des corporations de transport, qui selon eux commencerait le 8 novembre et paralyserait le pays.

Parmi les participants à la conspiration, El Foco a identifié le président de la Société Nationale des Industries (SNI), Ricardo Márquez; José Luis Silva, ancien ministre du gouvernement néolibéral d’Alan Garcia (2006-11); Magali Simon et Bruno Alecchi, titulaire de la commission des transports de la SIN.

Márquez a eu plusieurs contacts avec le mandataire et a voyagé le mois dernier au sein d’une mission d’affaires parallèle à la visite du président Castillo aux États-Unis et a ensuite commenté que le mandataire « a lancé un message attrayant pour attirer des investissements étrangers ».

Face à cette révélation, le SIN a publié un communiqué dans lequel elle a soutenu que les déclarations personnelles de ses membres ‘n’engagent pas l’institution’ et a nié participer à des actions politiques déstabilisatrices et, au contraire, maintenir un dialogue franc avec l’exécutif.

Le rapport journalistique indique que l’entrepreneur Silva, dirigeant d’une corporation gastronomique, a manifesté dans ces dialogues sur Internet vouloir ‘sauver la démocratie’ et ‘renverser le communisme’.

peo/mgt/Mrs

EN CONTINU
notes connexes