mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Nouvelles alternatives de transport face à la crise au Liban

Par Armando Reyes Calderín

Beyrouth, 21 octobre (Prensa Latina) La crise économique et financière qui sévit au Liban oblige aujourd’hui les citoyens habitués d’acheter des voitures à chercher d’autres moyens de transport. 

Du fait de  l’augmentation du prix des carburants et que près de 80 % de la population se trouve en dessous du seuil de pauvreté, la tendance à un transport moins cher et plus écolo commence à se dessiner.

En l’absence d’un système public, la culture de la voiture a prospéré plus tôt et dans de nombreux ménages, même les plus modestes, il était prévu d’avoir plusieurs véhicules.

Depuis 2019, la pire crise économique et financière depuis des décennies a rendu la possession d’une voiture inabordable pour la grande majorité des Libanais.

L’utilisation des tuk-tuks (tricycles motorisés à trois roues), des bicyclettes, du covoiturage et des bus collectifs est devenue plus courante dans la circulation infernale des villes libanaises.

« J’avais l’habitude d’aller au travail en voiture ou en taxi, mais maintenant c’est impossible, car cela consommerait 70 % de mon salaire « , a déclaré à Naharnet Grasse Issa, dont le lieu de travail se trouve à environ 20 kilomètres de son domicile.

Il y a plus de deux millions de voitures pour six millions d’habitants au Liban, ce qui fait de la circulation, surtout dans les grandes villes, un grand test de patience en raison des embouteillages.

Les importations de véhicules à moteur ont chuté de 70 % ces dernières années et les achats sont tombés à presque rien, car avec la monnaie locale dépréciée de plus de 100 % par rapport au dollar, les Libanais se concentrent sur d’autres consommations.

Le problème des transports publics au Liban s’est aggravé ces dernières années, car beaucoup ne peuvent plus utiliser les taxis ou leur propre voiture, a déclaré Boutros Karam, fondateur de l’entreprise d’autocars Hadeer.  Selon l’entrepreneur, cette dernière  brise les stéréotypes des Libanais qui considéraient la variante du transport public comme impure et peu sûre.

jcc/rgh/arc

 
EN CONTINU
notes connexes