vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Bolivie dénonce de nouveau les agissements de l’OEA lors des élections de 2019

Par Mario Muñoz Lozano

Moscou, 22 octobre (Prensa Latina) Le ministre des Affaires étrangères bolivien, Rogelio Mayta, a qualifié aujourd’hui d’absolument contestable le rôle de l’Organisation des États Américains (OEA) en tant qu’observateur durant les élections de 2019 dans la nation andine.

‘C’est ce que montre l’enquête de la justice bolivienne et ce que montrent d’autres enquêtes indépendantes qui sont aujourd’hui conjointement présentées à Washington’, a déclaré Mayta à Prensa Latina lors d’une conférence de presse avec son homologue russe, Sergueï Lavrov.

Ce vendredi, seront présentés au siège de l’OEA les résultats d’enquêtes qui démentent la prétendue fraude lors des élections boliviennes de 2019, alléguée par l’opposition et qui a été utilisée comme justification du coup d’État dans ce pays.

Mayta a rappelé que, sur la base du rapport de cette organisation qui indiquait qu’il y avait eu fraude électorale en Bolivie, un processus judiciaire avait été engagé lorsque le gouvernement putschiste était en fonction.

Il a indiqué que cette enquête en était à sa phase finale et a démontré qu’il n’y avait pas eu une fraude telle que mentionnée dans les termes exprimés dans les rapports de la mission électorale de l’OEA et de la mission d’audit envoyée.

Pour nous, la décision des autorités et de la justice bolivienne sera fondamentale, a-t-il souligné.

Il a expliqué qu’en marge de ce processus ‘et pour confirmer que ce n’est pas seulement la justice bolivienne qui est arrivée à cette conclusion’, se déroule aujourd’hui à Washington cette rencontre.

Mayta a déclaré que des experts indépendants, dont de nombreux nord-américains, participait à cette présentation d’enquêtes et qu’ils sont parvenus à la même conclusion, qui est que le processus électoral de 2019 en Bolivie n’a pas été entaché de fraude ayant modifié le résultat du scrutin populaire.

‘Cela nous amène à assurer que l’OEA elle-même doit se poser la question de la nécessité d’évaluer sa mission électorale présente en Bolivie en 2019 et l’audit qu’elle a effectué à cette époque’, a-t-il souligné.

Le chef de la diplomatie bolivienne a indiqué que les experts de l’OEA qui ont porté l’accusation de fraude ont été invités à rencontre de ce vendredi à Washington afin qu’ils puissent défendre leur position. ‘Il ne tendra qu’à eux de participer ou non’, a-t-il manifesté.

La rencontre inclura notamment des experts du Centre de Recherche en Economie et Politique, basé aux États-Unis, ‘qui ont enquêté sur le travail frauduleux avalisé par le secrétaire général (de l’OEA), Luis Almagro’, a indiqué l’ambassadeur de la Bolivie auprès des Nations Unies, Diego Pary.

Il a par ailleurs signalé que la réunion, convoquée par les missions de l’Argentine et du Mexique auprès de l’organisation, comptera en outre des universitaires qui ont analysé le décompte des voix et le rapport de l’OEA et qui estiment que celui-ci ‘n’avait que des intentions politiques’.

peo/mgt/mml

EN CONTINU
notes connexes