samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Promesse d’envoyer Assange dans une prison australienne

Londres, 27 octobre (Prensa Latina) Les États-Unis ont avancé que Julian Assange pourrait purger sa peine dans une prison en Australie si la justice britannique accepte de l’extrader.

Cette promesse figure dans des documents juridiques déposés par les procureurs étasuniens dans le cadre de leur appel contre le refus d’un juge de district britannique de leur remettre le journaliste australien que Washington cherche à poursuivre du fait d’avoir révélé entre autres des crimes de guerre commis par des militaires des Etats-Unis  en Irak et en Afghanistan.

Des procureurs nord-américains ont d’ailleurs  promis aux juges de la Haute Cour d’Angleterre et du Pays de Galles présidant l’audience de deux jours qu’Assange ne serait pas non plus détenu dans la prison de haute sécurité de Florence, ni soumis aux mesures administratives spéciales habituellement appliquées aux criminels dangereux ou terroristes.

Le texte précise toutefois que les Etats-Unis se réservent le droit d’appliquer ce traitement dans le cas où le cyber-activiste commettrait une action contraire aux stipulations.

Avant le début de l’audience ce mercredi, le rédacteur en chef de WikiLeaks a mis en garde contre les promesses que les procureurs étasuniens  feraient pour tenter de  convaincre les juges britanniques d’annuler le verdict.

La compagne d’Assange, Stella Moris, a également mis en garde contre l’état de santé précaire de son partenaire qui assiste à l’audience par vidéoconférence depuis la prison de Belmarsh à Londres, où il est détenu depuis son arrestation à l’ambassade d’Équateur à Londres en avril 2019.

« Je lui ai rendu visite samedi (en prison) et il est très mince, a déclaré Mme. Moris aux centaines de personnes qui se sont rassemblées devant le tribunal pour demander la libération du fondateur de WikiLeaks ».

Si la demande nord-américaine aboutit, Assange pourrait être condamné à 175 ans de prison pour 17 chefs d’accusation de violation de la loi étasunienne sur l’espionnage datant de 1917.

jcc/mem/nm

EN CONTINU
notes connexes