vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Liban nie le contrôle présumé du gouvernement par le Hezbollah

Beyrouth, 2 novembre (Prensa Latina) Le Liban a démenti le prétendu contrôle du Hezbollah sur le gouvernement en réponse aux affirmations de l’Arabie saoudite, a rapporté aujourd’hui la chaîne panarabe Al Mayadeen. 

Le média cite le ministre des affaires étrangères Abdala Bou Habib affirmant que le Parti de Dieu  était  une composante forte de l’État, peut-être la plus forte, mais qu’il n’avait pas de monopole politique.

Bou Habib a ainsi fait allusion aux déclarations du ministère saoudien des affaires étrangères selon lesquelles « la crise entre Beyrouth et Riyad est due à la domination de la Résistance islamique libanaise ».

Il a en outre appelé au dialogue avec le royaume du désert dans le cadre des efforts visant à résoudre le différend qui se développe et à éviter l’escalade.

« Le Liban invite les autorités saoudiennes à des pourparlers visant à résoudre des questions en suspens et pas seulement la plus récente afin que la même crise ne se répète pas », a dit le ministre.

M. Habib a annoncé que la solution au différend actuel passerait par le dialogue, la communication et la confiance et non par l’imposition.

Vendredi dernier, l’Arabie saoudite a donné à l’ambassadeur libanais 48 heures pour quitter le pays, a retiré son homologue de Beyrouth et a suspendu toutes les importations en provenance du Liban.

Pour ces décisions, Riyad a utilisé comme prétexte les propos du ministre libanais de l’information George Kordahi sur l’absurdité de la guerre au Yémen et sur le fait que les rebelles houthis se défendent contre une agression menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

M. Kordahi a exprimé ces opinions en août dernier, un mois avant de prendre ses fonctions en réaffirmant les exprimer à titre personnel, sans toutefois se rétracter ou démissionner comme l’exige Riyad.

jcc/npg/arc

EN CONTINU
notes connexes