mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un témoignage sur l’existence de plans subversifs à Cuba

La Havane, 2 novembre (Prensa Latina) Le président cubain Miguel Díaz-Canel a souligné aujourd’hui le témoignage d’un agent de la sécurité de l’État qui a révélé les intentions subversives des promoteurs d’une manifestation illégale sur l’île.

« La vérité sonne toujours plus fort dans la voix d’hommes dignes », a écrit le président sur son compte Twitter.

Le chef de l’État a également partagé un article contenant de nouvelles preuves sur les tentatives de déstabilisation promues dans le pays des Caraïbes par des secteurs de l’ultra-droite étasunienne.

Le programme d’information Razones de Cuba a montré le témoignage, accompagné de photos, d’audios et de vidéos, du médecin Carlos Leonardo Vázquez, qui a été pendant 25 ans l’agent « Fernando » des organes de sécurité de l’État.

Dans ces déclarations, l’agent a exposé les liens entre des organisations terroristes bien connues et leurs représentants, basés aux États-Unis, avec les promoteurs d’une manifestation déclarée anticonstitutionnelle et illégale par le gouvernement de l’île.

L’espace a présenté des preuves que le leader de la plateforme Archipel, Yunior García Aguilera, cherche une confrontation avec les forces de sécurité afin de générer de l’insécurité et de la déstabilisation.

À cet égard, l’agent « Fernando » a raconté sa participation avec García à des programmes visant à former des dirigeants politiques au service d’intérêts étrangers.

En 2019, un atelier parrainé par l’université nord-américaine de Saint Louis a accueilli les deux Cubains ayant appris « le rôle des forces armées dans un processus de transition », a déclaré Vázquez.

L’un des intervenants était précisément Richard Youngs, expert en protestations publiques comme méthode de changement politique et social abordant les nouvelles formes d’activisme civique à la recherche de l’établissement d’un capitalisme fondamentaliste et privatisant, a révélé la présentation audiovisuelle.

Ces derniers jours, le gouvernement cubain a présenté de nombreuses preuves des liens entre les promoteurs de la manifestation et des représentants d’organisations telles que la Cuban-American National Foundation et Movimiento Democracia, basées en Floride.

Selon la plainte déposée lundi, l’autoproclamée « Marche pour le changement » cherche à créer un climat d’ingouvernabilité le jour même de la réouverture des frontières du pays.

« Yunior cherche la confrontation avec les forces armées, avec le ministère de l’Intérieur. Il appelle à une marche qu’il dit être pacifique, mais il sait qu’elle ne l’est pas », a déclaré le médecin, qui s’est décrit comme un « révolutionnaire, un martien et un fideliste ».

jcc/mem/idm

EN CONTINU
notes connexes