jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Publication d’un livre sur l’évacuation d’Evo Morales suite au coup d’État

Buenos Aires, 5 novembre (Prensa Latina) Le livre Operación Rescate (Opération Sauvetage), qui relate les vicissitudes de l’évacuation de l’ancien président bolivien Evo Morales après le coup d’État de 2019 a été présenté hier avec les protagonistes de cet événement.

Les images des moments vécus par le leader indigène le 11 novembre de cette même année et qui ont impliqué de nombreuses personnes pour le sauver, dont le président argentin, Alberto Fernández, ont refait surface lors de la présentation de l’ouvrage de l’espagnol Alfredo Serrano.

Depuis son engagement au sein du Groupe de Puebla, Serrano, directeur exécutif du Centre stratégique latino-américain de géopolitique (Celag), a collaboré avec Fernández et le gouvernement du Mexique pour sauver la vie de Morales en ce moment historique.

Pour la présentation de l’ouvrage, l’ambassade du Mexique en Argentine a accueilli hier Fernández, auteur du prologue, son protagoniste Evo Morales et d’autres personnalités comme l’ancien vice-président bolivien Álvaro García Linera, l’ancien mandataire équatorien Rafael Correa et le prix Nobel de la paix Adolfo Pérez Esquivel.

Le coup d’État en Bolivie faisait partie de l’idée de mettre fin à un moment d’unité et de prospérité sur le continent, a déclaré Fernández, qui a souligné la responsabilité évidente de l’Organisation des États Américains (OEA) et a qualifié de pathétique le fait que celui qui est toujours son secrétaire (Luis Almagro) soit l’un des responsables des faits.

Le dirigeant argentin a rappelé que le jour du coup d’État contre Evo, l’atmosphère était heureuse à Buenos Aires. La veille, Luis Inacio « Lula » Da Silva avait été libéré au Brésil et le groupe de Puebla se réunissait.

« C’était un moment de grande tension. Nous avons organisé le départ de l’avion pour le Mexique », a déclaré le mandataire, qui a remercié l’aide du président paraguayen Mario Abdo dans cette aventure. Fernández a signifié qu’Evo n’a été sauvé ni par lui ni par le président mexicain Andrés Manuel López Obrador. « Nous étions les instruments d’une volonté d’un peuple qui a pris soin de lui, l’a protégé et l’a aidé à sortir (du pays) », a-t-il manifesté après avoir souligné la loyauté de l’ex-vice-président bolivien Linera.

Le mandataire argentin a rappelé que le seul pays qui avait ces derniers temps changé ses structures économiques a été la Bolivie, et que cela n’a pas été pardonné à Morales.

Morales, pour sa part, a estimé que le coup d’État à son encontre était celui des États-Unis contre l’Indien et les mouvements sociaux. « L’empire n’accepte pas que nous ayons pu mener une transformation culturelle, programmatique et qu’il y ait un autre modèle meilleur que celui qu’ils mettent en œuvre avec le néolibéralisme soumis à l’impérialisme », a-t-il manifesté.

peo/npg/may

EN CONTINU
notes connexes