mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La situation tendue dans le nord de la Syrie

Damas, 8 novembre  (Prensa Latina) Les régions du nord et du nord-est de la Syrie sont le théâtre d’une tension croissante marquée par des renforts, la mobilisation de troupes et des manœuvres militaires de la part des parties concernées.

L’armée arabe syrienne, selon des sources militaires, continue d’envoyer des troupes et du matériel de guerre pour accroître et renforcer sa présence dans la zone qui constitue une ligne de conflit avec les soldats turcs et les milices locales.

Les renforts, comprennent des soldats, des chars et des pièces d’artillerie qui sont arrivés à proximité des villes de Tal Abyad dans le nord de la province de Raqa, Tal Tamer et Ras al-Ain à Hasakeh, Tel Rifat et Manbej dans le nord d’Alep, dans un front qui s’étend sur plus de 200 kilomètres.

Dans un contexte connexe, les forces russes et syriennes ont réalisé des manœuvres militaires dans des zones limitrophes des positions des forces turques  moyennant des véhicules militaires lourds par  la participation et la couverture d’avions de chasse et d’hélicoptères.

La Russie a également renforcé la présence de ses avions de chasse et de ses hélicoptères à l’aéroport de Qamishli, dans l’extrême nord-est de la Syrie, et a intensifié ses patrouilles aériennes le long de l’autoroute M-4 reliant Hasakeh à Alep.

Les manœuvres et l’augmentation de l’activité militaire russe envoient un message dissuasif à Ankara ayant l’intention de s’emparer de plus de sites.

En parallèle, l’armée turque et les milices illégales qu’elle soutient ont achevé les préparatifs d’une nouvelle opération sous le prétexte d’écarter le danger  représenté par  la milice kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Dans ce contexte, les commandants des groupements radicaux opérant sous l’égide de la soi-disant « Armée de libération nationale » ont reçu l’ordre des responsables turcs de se tenir en état d’alerte pour lancer des opérations militaires à tout moment.

Afin d’éviter une action militaire qui pourrait provoquer  des pertes humaines et matérielles, les responsables turcs et russes ont tenu une réunion à Tel Rifat.

Lors de cette réunion, selon les médias, ils ont discuté de la remise à l’armée syrienne des villes contrôlées par la milice pro-américaine SDF afin d’éviter une opération militaire.

Les analystes ont fait preuve d’un optimisme prudent  puisque tout accord visant à éviter une action militaire dépend de l’acceptation du FSD dont l’agenda suit les instructions de ses bailleurs de fonds étasuniens.

Depuis 2018, l’armée turque et des groupes armés illégaux contrôlent de vastes zones comme Idlib, Alep, Raqa et Hasakeh, ce que Damas a qualifié d’occupation et de soutien au terrorisme.

De son côté, la milice SDF contrôle la majeure partie de la région d’al-Jazira qui englobe les régions syriennes à l’est de l’Euphrate. Damas  les décrit comme séparatistes et complices du pillage du pétrole et du gaz avec les forces étasuniennes.

jcc/acl/fm

EN CONTINU
notes connexes