mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Trafic de personnes Vs Baseball

La Havane (Prensa Latina) L’une des dernières opérations de guerre culturelle des États-Unis contre Cuba a consisté à inciter de jeunes joueurs de baseball de l’île à déserter l’équipe nationale lors de sa présence au Mexique et à devenir victimes de la traite des personnes. 

« ‘Nous avons apprécié d’atteindre le Super Round et nous avons été à nouveau heureux quand notre peuple a célébré la possibilité de disputer le bronze, ce qui a dû aigrir ceux qui ont fait jusqu’à l’indicible pour nous démoraliser », a déclaré la Fédération insulaire (FCB) de ce sport dans une déclaration publique à la suite de la compétition qui a récemment eu lieu au Mexique.

À la suite de provocations, 12 des 24 membres de l’équipe ayant participé à la Coupe du monde des moins de 23 ans ont déserté la sélection cubaine.

La FCB a décrit que l’agressivité des trafiquants d’êtres humains a pollué les scénarios de la compétition et a dénoncé que cette violation des lois internationales est directement liée à l’annulation de la mise en œuvre de l’accord signé par Cuba avec les Grandes Ligues de Baseball (MLB) nord-américaines.

À cet égard, l’organisme directeur de ce sport, récemment déclaré patrimoine culturel de la nation, a souligné que la désactivation d’une telle convention empêche l’insertion sûre et ordonnée des athlètes cubains dans ce circuit professionnel aux États-Unis, en plus de porter atteinte au bien-être et à la tranquillité des familles de la plus grande des Antilles.

« Nous dénonçons la mesquinerie avec laquelle l’administration de Donald Trump a rendu impossible l’accord, déterminée à stimuler des chapitres comme ceux que notre délégation vit maintenant pour les présenter dans le cadre de sa campagne de dénigrement contre Cuba », a réaffirmé la FCB.

Dans les circonstances actuelles, la détermination du Gouvernement des États-Unis conditionne que l’aspiration des joueurs cubains à tenter une expérience au sein des Grandes Ligues nord-américaines de baseball passe par un traitement humiliant et discriminatoire qui implique de renoncer à leur nationalité et de prendre des risques pour leur vie.

Paraphé le 19 décembre 2018 et rompu par l’ancien président Donald Trump le 8 avril 2019, les clauses de l’accord entre la FCB et la MLB ouvraient des portes pour mettre fin au vol de talents insulaires et à leur entrée illégale sur le territoire nord-américain.

Selon ce qui était convenu, la partie cubaine aurait libéré tous ses joueurs ayant au moins 25 ans et au moins six ans d’expérience dans le championnat insulaire pour qu’ils soient recrutés par des clubs des Grandes Ligues.

Mais la Maison Blanche a annulé l’accord et inclus cette représaille dans les 243 mesures imposées à l’île par Trump et maintenues jusqu’à présent par l’actuel mandataire Joseph Biden.

SCANDALE ET PROTESTATIONS

Après les protestations de joueurs latino-américains pour le traitement privilégié accordé aux États-Unis aux cubains et à leurs commanditaires illégaux, et même après un procès scandaleux qui s’est terminé en mai 2017 par des peines de prison et des saisies, le commissaire de la MLB lui-même, Rob Manfred, a reconnu l’utilité d’une entente avec la FCB.

« Pendant des années, la MLB a essayé de mettre fin à la traite des joueurs de baseball cubains par des organisations criminelles, en créant une alternative sûre et légale pour qu’ils signent avec les clubs des Grandes Ligues », a-t-il assuré après la conclusion de l’accord.

Au cours de la procédure judiciaire, l’agent sportif Bartolo Hernández et le préparateur physique Julio Estrada ont été condamnés à 46 mois de prison par un juge de Miami pour « contrebande » de joueurs de baseball de l’île vers les États-Unis.

La chaîne CNN a rapporté que lors des audiences, au cours desquelles plusieurs athlètes victimes de ce trafic ont déclarés, une opération impliquant des sorties illégales de l’île en vedettes rapides vers Haïti ou le Mexique a été révélée. 

Le Mexique est devenu durant la dernière décennie un pont pour l’activité lucrative des recruteurs de joueurs de baseball d’élite.

Le ministère public a prouvé que les contrebandiers ont fait des paiements au cartel de narcotrafic de Los Zetas, a révélé des papiers contenant de fausses informations et utilisés pour que les joueurs s’installent sur le territoire mexicain, condition pour pouvoir être déclarés agents libres.

En dehors de la peine de prison, Hernández et Estrada se sont vu confisquer près de 16 millions de dollars, des biens immobiliers, quatre véhicules Mercedes-Benz et des comptes bancaires juteux.

peo/mem/jpm

 
EN CONTINU
notes connexes