mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les députés nicaraguayens discutent de la déclaration contre l’OEA

Managua, 16 novembre (Prensa Latina) L’Assemblée nationale du Nicaragua a examiné aujourd’hui une déclaration contre l’ingérence répétée de l’Organisation des États américains (OEA) dans les affaires intérieures du pays et contre la nature interventionniste du forum continental. 

Selon le député José Figueroa, du banc Alianza du Front sandiniste de libération nationale, les principes fondateurs de l’OEA faisaient allusion à l’harmonie, à la sécurité, à la recherche pacifique de solutions aux conflits de la région et à la solidarité face aux agressions extérieures.

Cependant, l’organisation a historiquement été complice du renversement de présidents, de Jacobo Árbenz, en 1954 au Guatemala, à des expressions plus récentes comme son soutien à la manœuvre illégale orchestrée contre l’ancien président de la Bolivie, Evo Morales, en 2019.

Les députés ont également rappelé le soutien de l’OEA aux dictatures en Amérique latine, comme celle d’Augusto Pinochet au Chili (1973-1990), après l’assassinat du président de l’époque Salvador Allende, et son soutien à l’éviction de Fernando Lugo (2012) au Paraguay et de Manuel Zelaya (2009) au Honduras.

En outre, ils ont mis en cause le rôle de l’organisation dans la tentative de coup d’État contre Hugo Chávez (2002) au Venezuela et la destitution arbitraire de Dilma Rousseff (2016) au Brésil, alors qu’elle n’a promu aucune action de solidarité pour prévenir ces violations, ainsi que son ingérence en tant qu’observateur dans les élections organisées en Amérique latine.

D’autres représentants du FSLN, majoritaire dans l’organe législatif monocaméral, ont rappelé les principes de souveraineté et d’indépendance de la Constitution de même que les faux rapports et les mensonges diffusés par l’OEA lors des actions violentes de 2018 au Nicaragua et les tentatives de justifier les attaques contre le pays d’Amérique centrale.

La députée Irma de Jesús Dávila a souligné l’esprit démocratique des élections générales du 7 novembre, la volonté du peuple de ratifier le président Daniel Ortega et la vice-présidente Rosario Murillo et son droit légitime de choisir ses autorités de manière souveraine.

Pour sa part, Filiberto Rodríguez, soutenant la déclaration de l’Assemblée nationale, a décrit l’OEA comme un instrument de l’envahisseur et assassin yankee en évoquant  sa participation et son accompagnement dans les guerres conçues contre les États libres et souverains à partir d’instruments locaux à cet effet.

jcc/mgt/dgh

EN CONTINU
notes connexes