samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le traitement et les soins des patients atteints du VIH se poursuivent à Cuba

La Havane (Prensa Latina) Le ministère cubain de la Santé publique poursuit aujourd’hui sa lutte contre la pandémie de Covid-19 en assurant les soins et le traitement des personnes vivant avec le VIH.

À cet égard, le responsable du Programme national de prévention et de contrôle des IST-VIH-hépatites, Manuel Romero, a expliqué que tous les patients avaient reçu les médicaments et le suivi médical requis.

Même en cas de difficulté, ils ont la garantie d’une autre formulation, toujours très sûre et conforme aux dernières évolutions du secteur pharmaceutique dans le monde, a déclaré M. Romero lors d’une conférence de presse précédant la journée de riposte VIH2021 qui se tiendra à partir du 1er décembre sous le slogan « En finir avec les inégalités, le sida et les pandémies ».

« Ce n’est pas seulement par le biais du fonds mondial que nous achetons les médicaments, mais aussi grâce à BioCubaFarma », a-t-il précisé.

Ils font des efforts et développent de nouvelles formulations afin de parvenir à la souveraineté en matière de médicaments ».

 Romero a ajouté  que « d’ici la fin de 2021 et 2022, nous disposerons des médicaments nécessaires au Programme national de prévention et de contrôle des IST-VIH-hépatites».

D’autre part, il a expliqué que parmi les voies d’infection à Cuba, les rapports sexuels entre hommes prédominaient.

« La prévalence de cette épidémie à Cuba par rapport au reste du monde est faible, avec une tendance à la stabilité sans dépasser 30 000 patients ».

« Dans le monde, il y a eu une augmentation de 1,5 million de cas et heureusement pour les Cubains, le taux n’a pas dépassé 1 500 en 2020 ».

« Le nombre de patients vivant avec le VIH est faible et 185 patients ont perdu la vie l’année dernière pour cette raison ».

Nous avons travaillé très dur cette année et nous avons réussi à installer trois nouvelles plateformes de laboratoire pour les tests de charge virale.  Par ce biais, on serait capable de connaître le statut sérologique du patient, sa charge virale et, après 12 mois, de savoir si le patient a le virus dans le sang.

jcc/jf/joe

 
EN CONTINU
notes connexes