lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Barbade se proclamera nouvelle République

Bridgetown, 29 novembre (Prensa Latina) Lorsque la Barbade deviendra une République à minuit la nuit prochaine, la reine Elizabeth II perdra un nouveau diamant des Caraïbes inséré dans sa couronne depuis le 17e siècle.

Ce sera la quatrième des anciennes possessions caribéennes de Londres à démettre le monarque de ses fonctions de chef d’État. La Guyane (1970), Trinité-et-Tobago (1976) et la Dominique (1978) l’ont précédé.

La fin définitive des liens coloniaux de la Barbade avec le Royaume-Uni aura lieu à la première minute du 30 novembre à l’occasion du 55e anniversaire de l’indépendance du pays, jusqu’à présent rattaché au palais de Buckingham.

Un certain nombre de dirigeants de la région, composée de plusieurs anciennes colonies britanniques, sont attendus, selon les organisateurs des activités officielles.

Les dirigeants du Ghana et du Liberia ont également confirmé leur présence, ainsi que le prince Charles de Galles, représentant la reine Elizabeth II.

Le voyage de l’héritier de la couronne britannique a été perçu comme une « bonne indication de la relation qui existe non seulement entre les pays, mais aussi entre Son Altesse Royale et notre chef de gouvernement », a déclaré le secrétaire d’État barbadien Hughland Allman.

Lors de la cérémonie de proclamation de la République, l’ancienne juriste Sandra Mason, 72 ans, qui occupe le poste de gouverneur général depuis 2018, prêtera serment en tant que première femme présidente.

Il y a trois jours, le parlement national a entendu le texte d’une nouvelle « Charte de la Barbade » qui, sans remplacer la constitution existante ni être contraignante, énonce les droits et les responsabilités des citoyens.

Selon le Premier ministre Mia Mottley, il s’agit d’un document qui promeut le concept de citoyenneté active et constitue un guide sur la manière dont les gens doivent se comporter les uns envers les autres et envers le pays.

L’idée d’une République à la Barbade, qui compte un peu moins de 300 000 habitants pour un territoire de seulement 267 kilomètres carrés, a fait surface pour la première fois dans les années 1970 avec la création d’une commission chargée d’étudier cette possibilité, mais elle s’est prononcée contre ce changement.

Une autre tentative similaire a eu lieu en 1996, lorsque l’initiative a été approuvée lors d’une révision de la constitution et qu’un référendum a été organisé devant être avalisé par le parlement, mais qui a été dissous avant l’adoption finale du projet de loi.

Le pays est actuellement membre de la Communauté des Caraïbes, de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes, de l’Association des États des Caraïbes, du Système économique latino-américain et du Système d’intégration centraméricain, entre autres organisations régionales.

jcc/mgt/vc

 
EN CONTINU
notes connexes