vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Moon annonce que la fin officielle de la guerre de Corée sera déclarée

Canberra, 13 décembre (Prensa Latina) Le président sud-coréen Moon Jae-in a assuré aujourd’hui que son pays a accordé « en principe » avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC) de déclarer la fin formelle de la guerre sur la péninsule coréenne (1950-1953). 

Lors de sa visite de quatre jours en Australie, Moon a déclaré que les principales parties s’étaient entendues sur le principe d’une déclaration de paix, mais que la RPDC avait encore des réserves en raison de l’hostilité actuelle des États-Unis à leur égard.

Nous espérons que des pourparlers commencent. Nous faisons des efforts pour y parvenir, a déclaré le président lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre australien, Scott Morrison. 

À cet égard, Moon a ajouté qu’il jugeait important de mettre fin à l’armistice «instable» en vigueur depuis près de sept décennies, ajoutant qu’une déclaration de paix pourrait améliorer les relations avec Pyongyang.

Cela nous aidera à entamer des négociations sur la dénucléarisation et la paix dans la péninsule coréenne, a-t-il déclaré. 

Quelques heures plus tard, le ministre sud-coréen de l’Unification, Lee In-young, a déclaré qu’une déclaration pourrait être un «tournant pour une nouvelle phase de paix», ajoutant que la RPDC s’est montrée plus ouverte au dialogue.

La guerre de Corée s’est terminée en juillet 1953 par un armistice, mais pas par un traité de paix, ce qui signifie que le Nord et le Sud sont encore techniquement en guerre.

Lors de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre dernier, Moon a lancé cet appel, qui a été considéré comme une « idée intéressante et bonne » par Kim Yo-jong, sœur du leader nord-coréen Kim Jong-un et chef de département adjoint du Comité central du Parti du travail de Corée.

L’initiative est également soutenue par la Chine et les États-Unis, mais la RPDC critique la présence de 28 000 soldats nord-américains en Corée du Sud et les exercices militaires annuels conjoints qu’elle considère comme des essais pour une invasion.

peo/mgt/lp

EN CONTINU
notes connexes