lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des ONG dénoncent l’hostilité du gouvernement grec

Athènes, 21 décembre (Prensa Latina) Des organisations non gouvernementales (ONG) ont dénoncé aujourd’hui ce qu’elles ont qualifié d' »environnement hostile » de la part du gouvernement grec qui entrave les opérations de sauvetage et d’aide aux migrants.

En février 2020, le gouvernement du Premier ministre conservateur Kyriakos Mitsotakis a établi de nouvelles règles pour l’enregistrement de ces entités dans le pays et pour décourager les arrivées irrégulières il a renforcé les patrouilles aux frontières, réduit les conditions d’accès à l’asile et les aides, selon des sources de ces ONG

Le 15 décembre dernier, le ministre des Migrations, Notis Mitarachi, a annoncé que son gouvernement assumerait la responsabilité des programmes financés par l’Union européenne qui étaient auparavant gérés par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés

Mais auparavant, en septembre, une loi a interdit aux ONG d’effectuer des sauvetages en mer à moins qu’elles « collaborent étroitement avec les garde-côtes ».

Le non-respect de cette réglementation peut entraîner une amende d’au moins 500 euros par personne, trois mille euros pour l’organisation et une peine d’emprisonnement d’au moins un an.

La Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, Dunja Mijatovic, a déclaré que cette loi « entraverait le travail de sauvetage en mer des ONG et leur capacité à surveiller le respect ds droits de l’Homme dans la mer Égée ».

La Grèce est constamment accusée de refoulement de migrants illégaux, ce que nie Athènes.

Le gouvernement hellénique met en avant son obligation de surveiller toutes les organisations et le personnel en contact quotidien avec les personnes vulnérables, y compris les femmes et les enfants, pour s’assurer qu’ils ne commettent pas de crimes, d’abus sexuels ou de trafic de drogues.

Parmi les ONG concernées figure Beyond Borders, un groupe gréco-allemand qui aide actuellement plus de 400 personnes demandant un regroupement familial et étant demandeurs d’asile.

La Refugee Support Aegean fournit également des conseils juridiques aux personnes faisant l’objet d’une mesure d’expulsion.

peo/mem/Ehl

EN CONTINU
notes connexes