dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président élu du Chili ratifie son soutien à la Convention constitutionnelle

Santiago du Chili, 21 décembre (Prensa Latina) Le président élu du Chili, Gabriel Boric, a aujourd’hui ratifié son appui à la Convention constitutionnelle chargée d’élaborer une nouvelle grande charte qui remplacerait celle adoptée en 1980 sous la dictature d’Augusto Pinochet. 

« Je veux que vous sachiez que vous avez notre soutien total (…). Je suis extrêmement fier du travail que vous faites », a déclaré Boric à la titulaire de la Convention, Elisa Loncón.

En visite au siège de cette instance, Boric a expliqué que son prochain gouvernement ne voudrait pas d’une convention soumise et dépendante, mais d’une convention qui aille au-delà de la conjoncture et soit centrée sur le meilleur intérêt de la nation.

« (…)nous avons ratifié notre pleine volonté de collaborer au processus constitutionnel et à la Convention (…) Nous devons tous mettre le meilleur de nous-mêmes indépendamment de nos différences politiques pour que ce processus réussisse », a manifesté l’actuel député de la région de Magellan.

Boric a insisté sur l’importance de la compétence de la Convention, et a rappelé que la nouvelle Constitution devra être approuvée par les Chiliens lors du plébiscite prévu pour 2022.

« Je ne doute pas qu’on agira avec sagesse dans le meilleur sens, en pensant au mieux pour tous les Chiliens, à la stabilité et à la continuité de notre république et pays que nous aimons tant », a estimé le politicien de gauche de 35 ans, vainqueur de l’élection de dimanche dernier.

La veille, Boric a rencontré l’actuel président, Sebastían Piñera, au Palais de la Monnaie, pour coordonner des actions concernant le transfert de pouvoir, prévu pour le 11 mars de l’année prochaine.

Le président élu et son équipe ont également eu des contacts avec les présidents des deux chambres du Congrès, de la Cour suprême de justice, Guillermo Silva, le procureur national, Jorge Abbot, et le président de la Banque centrale, Mario Marcel.

peo/mgt/avs

EN CONTINU
notes connexes