dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Appel à la protestation contre la détention préventive prolongée en Haïti

Port-au-Prince, 29 décembre (Prensa Latina) L’ancien député Arnel Bélizaire, libéré après deux ans de prison, a convoqué aujourd’hui une manifestation contre la détention préventive prolongée, qui concerne plus de 85 % des détenus haïtiens.

D’autres figures comme Cenelus Pierre Kilick, Abelson Gros Nègre et Jean Pierre Fleuret, reconnus comme prisonniers politiques sous la présidence de Jovenel Moïse, se sont joints à l’appel à lancer une offensive contre l’augmentation de la population carcérale en attente de jugement, ainsi que l’insécurité et les violations des droits de l’Homme dans le pays.

Selon ce qu’ils ont annoncé lors d’une conférence de presse, ils exigeront la libération de tous les prisonniers politiques qui languissent encore dans les prisons du pays et l’adoption de mesures pour rétablir un environnement sûr au milieu de la montée de la violence et de l’insécurité due au pouvoir étendu des bandes armées.

Ils ont également réclamé à la Cour des comptes la publication du rapport relatif au détournement de fonds publics, un dossier qui a provoqué des protestations massives en 2018 et 2019 et qui aurait éclaboussé le mandataire assassiné en juillet dernier.

Ils ont également dénoncé les conditions de surpopulation carcérale et les mauvais traitements infligés aux prisonniers.

Au début de l’année, l’Organisation des Nations Unies a déploré que les prisons haïtiennes accueillent trois fois plus de détenus que le nombre de places enregistré, ce qui est accompagné de grèves récurrentes du personnel judiciaire, de l’insécurité et de la crise politique et sanitaire dans le pays.

Elle a également critiqué les traitements inhumains et dégradants dans les prisons surpeuplées du pays et a encouragé les autorités à réduire la surpopulation carcérale.

De 2020 à 2021, la détention préventive prolongée a augmenté de neuf pour cent, et on estime que ce chiffre sera encore plus élevé dans le bilan de cette année, après le mouvement de grève de plusieurs mois des procureurs et des juges accompagné de la montée de l’insécurité.

peo/rgh/Ane

EN CONTINU
notes connexes