lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La diversité de la nature à Cuba, une option touristique remarquable

La Havane, 4 janvier (Prensa Latina) La diversité de la nature à Cuba positionne ce pays comme un important pôle biologique au niveau insulaire, accompagné  d’une géologie variée et complexe spéciale pour la pratique du tourisme durable.

Dans cette modalité de loisirs, les visiteurs participent à diverses activités de plein air qui impliquent une dépense d’énergie, a expliqué à Prensa Latina Telmo Ledo, spécialiste principal au département du développement du ministère du tourisme.

L’observation des oiseaux, la randonnée, l’alpinisme, le cyclisme, le camping, l’équitation, le spéléotourisme, la culture et l’histoire sont quelques-unes des activités qui sont déjà commercialisées par les agences de voyage et les voyagistes, mais qui nécessitent une promotion plus poussée.

Selon des spécialistes, le succès de leur gestion est lié à l’existence dans le pays de zones naturelles dotées un haut degré de diversité biologique bien préservées portant des valeurs esthétiques et paysagères élevées. Ce sont des attributs à être appréciés dans différentes régions de l’archipel cubain.

Selon M. Ledo, il existe une stratégie pour le développement du tourisme de nature sur l’île qui envisage l’application des principes du développement durable et détermine également le potentiel des activités à réaliser, une question de premier ordre.

À cette fin, l’île a établi comme lieux d’intérêt des endroits où la société exprime les racines de notre identité, la diversité des manifestations et respecte le patrimoine culturel de la nation. Les activités doivent être conformes à l’adéquation, à la complexité fonctionnelle, aux mécanismes d’autorégulation et à la stabilité géo-écologique des sites afin de garantir l’intégrité, les cycles et les rythmes de la nature.

Les dommages et impacts pertinents ne doivent pas être causés, ni affecter la gestion intégrée des ressources naturelles. En outre, a-t-il poursuivi, dans ces zones, le gouvernement, la population et les différentes administrations doivent gérer efficacement le site afin de maîtriser les risques, les catastrophes, les perturbations et les incertitudes.

Ce sont des zones qui bénéficient d’un certain niveau d’étude et de recherche sur leurs caractéristiques naturelles et qui disposent d’une infrastructure adéquate pour la protection de l’environnement.

En raison des caractéristiques géographiques de Cuba – une île longue et étroite – les sites d’intérêt naturel et historique sont toujours proches du visiteur, ce qui fait de la promenade dans la plus grande île des Caraïbes une expérience inoubliable à tout moment de l’année.

À cela s’ajoutent un climat agréablement chaud, l’absence d’animaux dangereux et des guides compétents.

Cuba doit diversifier son produit touristique au-delà du soleil et de la plage et cela dans le but de profiter davantage de ses valeurs naturelles reconnues, de la qualité de sa population et du niveau de service. Ces aspects contribuent à ce que les visiteurs internationaux se sentent à l’aise dans notre pays, a souligné l’expert.

Récemment, Viñales s’est vu attribuer la catégorie de géoparc national du fait de ses valeurs géomorphologiques, paysagères et culturelles, ce qui lui permettra à l’avenir de rejoindre le réseau mondial de ces zones – environ 200 dans le monde.

Située dans la province occidentale de Pinar del Río, la nouvelle nomenclature de Viñales pourrait augmenter le nombre de visiteurs, mais en couvrant des zones plus vastes, elle permettrait de disperser les zones de concentration de visiteurs et de diversifier la proposition.

Selon lui, elle pourrait être placée dans un portefeuille d’entreprises sous la forme d’un forfait de tourisme de nature à proposer et à commercialiser à l’étranger, une alternative à la visite d’un lieu en une journée et offrir au voyageur une expérience plus complète.

Il s’agit de créer un nouveau modèle de développement durable, ce qui implique le respect de certains principes qui vont au-delà des questions économiques et sociales, notamment l’entretien de l’espace public, la défense des valeurs culturelles et l’inclusion sociale des femmes, des jeunes et des personnes handicapées.

jcc/mem/tdd

 
EN CONTINU
notes connexes