vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Royaume-Uni a déployé des armes nucléaires pendant la guerre des Malouines

Londres (Prensa Latina) Le Royaume-Uni a emporté 31 bombes nucléaires lors de la guerre de 1982 avec l’Argentine dans l’Atlantique Sud pour le contrôle des îles Malouines, a révélé mardi le site britannique Declassified UK.

Selon la plateforme de journalisme d’investigation, qui cite des documents déclassifiés par les Archives nationales, les grenades sous-marines atomiques utilisées pour attaquer les sous-marins étaient transportées sur des navires de guerre britanniques et ont fait l’objet d’un débat animé entre le ministère de la défense et le Foreign Office.

D’une part,  on craignait que les armes soient perdues ou endommagées avec le risque que cela comporte pour la santé des équipages et que ce fait parvienne aux oreilles de l’opinion publique internationale.

Le ministère britannique des Affaires étrangères était en plus préoccupé par la présence des bombes atomiques car le Royaume-Uni est signataire du traité de Tlatelolco qui, depuis 1967, déclare l’Amérique latine zone exempte d’armes nucléaires, a ajouté le texte en citant un mémo du ministère de la Défense.

La marine britannique s’est toutefois opposée à l’idée de laisser les grenades sous-marines sur une base militaire de l’île de l’Ascension et a préféré les déplacer des frégates et des destroyers vers les porte-avions Hermes et Invincible et le navire auxiliaire Regent afin qu’ils soient mieux protégés.

La dictature militaire argentine a envahi les îles Malvinas le 2 avril 1982 dans le but de récupérer le territoire occupé par le Royaume-Uni depuis 1833.

Après l’invasion, le Premier ministre britannique de l’époque, Margaret Thatcher, a envoyé une force opérationnelle qui a mis dix semaines pour reprendre les Malouines, comme on les appelle au Royaume-Uni, aux troupes argentines.

Au total, 649 militaires argentins, 255 Britanniques et trois insulaires ont perdu la vie dans cette guerre non déclarée entre Londres et Buenos Aires.

jcc/mgt/nm

EN CONTINU
notes connexes