samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie croit naïf d’attendre des progrès dans les dialogues avec les États-Unis et l’OTAN

Moscou, 9 janvier (Prensa Latina) Le vice-ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Riabkov a jugé naïf de s’attendre aujourd’hui à des progrès sur la question des garanties de sécurité lors des prochains pourparlers à Genève entre la Russie, les États-Unis et l’OTAN.

Il s’agit de l’avis du chef de la délégation russe lors des négociations avec la contrepartie nord-américaine, à en juger par la position publique des partenaires occidentaux à la veille de la réunion prévue ce lundi, a-t-il indiqué à l’agence de presse TASS.

Il a souligné que la priorité était d’expliquer la logique des approches et de clarifier la position de Washington et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) sur les propositions d’engagements juridiques en matière de sécurité présentées par Moscou.

Riabkov a déclaré qu’à la veille des pourparlers, la position de la partie nord-américaine laisse peu de raisons d’être optimiste.

À cet égard, il a indiqué que la Russie serait intéressée d’entendre, au cours des prochains contacts, des déclarations claires sur le non élargissement de l’OTAN et l’annulation de la décision du sommet de Bucarest de 2008 sur l’adhésion de la Géorgie et de l’Ukraine à ce bloc.

En outre, il a estimé inadmissible que les États-Unis et les pays de l’Alliance atlantique poursuivent l’exploitation géopolitique de tout l’espace qu’ils contrôlent à l’ouest, au nord-ouest et au sud-ouest des frontières de la Russie.

« Et c’est ce qui est le plus important pour nous, et non les aspects sur lesquels le côté nord-américain se concentre actuellement », a souligné Riabkov, en se référant aux déclarations de Washington de ne discuter ce lundi que de questions bilatérales et de questions liées à la stabilité stratégique.

En réponse à TASS sur les priorités des prochaines discussions du 12 janvier avec l’OTAN, Riabkov a souligné que l’Alliance atlantique ne pourra plus agir avec la Russie comme avec un pays secondaire dans la politique européenne et internationale.

« Tout cela est du passé. Ça n’a pas très bien marché avant, mais maintenant c’est simplement fini », a déclaré le vice-ministre russe.  » L’OTAN doit donc récupérer ses affaires et retourner aux frontières de 1997″, a-t-il déclaré.

Il a rappelé qu’en mai de la même année, la Russie et l’OTAN ont signé l’Acte fondamental, confirmant qu’elles ne se considéraient pas comme des adversaires et créant un mécanisme de consultation, de coordination et d’action conjointe.

peo/oda/mml

EN CONTINU
notes connexes