lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des organisations honduriennes exigent la défense des droits de l’enfant

Tegucigalpa, 16 janvier (Prensa Latina) Des organisations de la société civile liées au travail pour les droits des enfants, des adolescents et des jeunes au Honduras ont transmis aujourd’hui leurs propositions à la Commission de transition pour les mouvements sociaux du nouveau gouvernement. 

Le plan de travail du secteur susmentionné pour les 100 premiers jours du mandat de Xiomara Castro, nouvelle présidente élue et membre du Parti de la liberté et de la refondation, prévoit le renforcement des institutions chargées de défendre ces secteurs de la population et la signature de l’engagement bicentenaire 2022-2026.

En outre, les mouvements demandent la création du Secrétariat national à l’enfance, à l’adolescence et à la famille (Sennaf), doté d’attributions et de pouvoirs nécessaires pour assurer la justice, l’équité et les réformes correspondantes du Code de l’enfance, de la famille et des législations similaires.

Les organisations exigent également la suppression du programme des gardiens de la patrie, mis en œuvre par les Forces armées du Honduras sous l’imposition d’une culture militaire et en remplacement des fonctions liées à d’autres institutions de l’État. Ils ont par ailleurs pris note de l’approbation et de l’affectation de crédits budgétaires aux politiques publiques.

À cet égard, ces organisations ont demandé un projet de justice pénale pour mineurs, qui viserait à trouver des réponses immédiates aux violations des droits des adolescents en matière de privation de liberté, de modèles de prise en charge et d’accès aux opportunités sociales.

Ils demandent également la révision, la mise à jour et la mise en œuvre de la Commission nationale pour la prévention et l’élimination progressive du travail des enfants, la mise en œuvre d’une politique préventive contre la violence et d’un protocole de prise en charge des enfants migrants.

peo/ifb/dgh

EN CONTINU
notes connexes