vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’OTAN est un outil de confrontation, déclare la Russie

Moscou, 16 janvier (Prensa Latina) Dmitri Peskov, porte-parole du président russe, a déclaré que l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) est un outil de confrontation, non de paix et de stabilité, dans une interview publiée aujourd’hui par la télévision nord-américaine CNN. 

« L’OTAN n’est pas une colombe de paix et de stabilité. L’OTAN est un instrument de confrontation. Cet instrument de confrontation a commencé à se rapprocher chaque année de nos frontières », a déclaré le fonctionnaire russe en anglais.

Il a exprimé que les relations de la Russie avec ce bloc militaire s’étaient détériorées en raison de l’avancée de son infrastructure sur le territoire ukrainien, y compris la fourniture d’armes défensives et offensives et l’entraînement de ses militaires.

« Cela nous a conduits à une ligne rouge (terme utilisé par Moscou pour désigner les menaces contre sa sécurité), qui nous a conduits à une situation que nous ne pouvons plus tolérer », a souligné Peskov.

Dans une autre partie de ses déclarations, il a réaffirmé qu’il n’y avait pas de personnel militaire russe dans la région du Donbass, ni en Ukraine en général, et a précisé que les forces de Moscou ne sont localisées que sur leur territoire.

Le chef du service de presse du Kremlin a indiqué que son pays est grand, totalement autosuffisant, et qu’il considérait donc les nouvelles sanctions proposées par les États-Unis comme une menace.

Il a souligné que les tensions à la frontière avec l’Ukraine étaient excessives et que la Russie insistait sur une réponse concrète à ses propositions de garanties de sécurité.

« Nous vivons trop de tension dans cette partie de l’Europe. Et, bien sûr, cela implique automatiquement plus de défis. Et c’est pourquoi c’est très, très dangereux pour notre continent », a-t-il manifesté.

Peskov a indiqué que c’est pour cette raison que Moscou insiste pour obtenir une réponse directe à ses préoccupations, « une réponse très spécifique à nos propositions très spécifiques », a-t-il insisté.

La Russie s’est entretenue cette semaine avec ses homologues des États-Unis, de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour discuter des initiatives d’accords de garanties de sécurité présentées en décembre par Moscou.

peo/Jha/mml

EN CONTINU
notes connexes