samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le blocus des États-Unis : un siège permanent contre Cuba et le sport insulaire

La Havane, 3 février (Prensa Latina) Le blocus économique, commercial et financier du gouvernement des États-Unis contre Cuba frappe avec force la croissance et la vigueur du mouvement sportif de l’île et va au-delà de ses frontières. 

Ce blocus imposé à la nation antillaise il y a plus de six décennies, aggravé par des centaines de mesures supplémentaires adoptées par l’ancien président Donald Trump maintenues par l’actuel président Joe Biden, et s’attaque à toutes les réussites d’un système sportif né du triomphe de la Révolution cubaine en 1959.

Au milieu d’un pays confronté à la Covid-19, la crise économique mondiale et la subversion politique et médiatique, dirigeants, travailleurs, entraîneurs et athlètes surmontent avec sagesse toutes les difficultés pour maintenir les principales conquêtes sur le plan national et international.

Ce siège absurde limite le financement du développement en interdisant à Cuba l’accès au marché des États-Unis et au Fonds monétaire international, ainsi qu’à la Banque mondiale et à toutes les sources de crédit à des conditions favorables, ce qui empêche l’utilisation de comptes en dollars dans ses relations économiques.

C’est pourquoi il est difficile pour la nation caribéenne d’acheter des médicaments, des vitamines, des matériaux pour des tests biochimiques, des équipements et des moyens nécessaires à la préparation des athlètes, ainsi que d’acheter sur le marché des équipements sportifs avec des composants nord-américains.

À cela s’ajoute la rétention de millions de dollars gagnés par des sélections cubaines, l’accès limité au sol nord-américain pour participer à des compétitions et le refus d’accorder des licences aux entraîneurs des deux pays pour participer à des événements, congrès et échanges universitaires communs.

Ainsi que le vol de talents indéniable encouragé et stimulé par la politique de Washington.

L’un des exemples les plus médiatiques est l’annulation de l’accord signé en décembre 2018 entre la Major League of Baseball et la Fédération Cubaine de Baseball (FCB) en alléguant que les lois actuelles des États-Unis interdisent le commerce avec des entités associées au gouvernement de la plus grande des Antilles.

L’un des centres scientifiques les plus prestigieux de l’île, le Laboratoire Antidoping de La Havane, a également subi l’impact du blocus en raison de l’impossibilité de réupérer des fonds pour les services fournis, et de s’acquitter des paiements auprès de différents organismes internationaux tels que l’Agence mondiale antidopage.

Malgré l’hostilité nord-américaine, la politique de Cuba est d’apporter la santé à tout le peuple, de former des milliers de professionnels, de construire des dizaines d’écoles sportives et des installations pour la pratique systématique d’exercices physiques.

jdg/am

EN CONTINU
notes connexes