jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La crise politique au sein du Congrès national hondurien a touché à sa fin

Tegucigalpa, 8 février (Prensa Latina) L’adoption lundi d’un accord concernant la direction du Congrès national du Honduras met un terme à la crise politique parlementaire et entérine  le député Luis Redondo, élu le 23 janvier, en qualité du président du parlement.

 

L’accord envisage donc la déclinaison de Jorge Cálix, l’un des législateurs dissidents expulsés des rangs du parti Libertad y Refundación (Libre) et à la tête de l’un des conseils de la législature, en collusion avec les représentants du nationalisme. 

Bien que Cálix ait accepté sa démission de la tête du Congrès, il considère toujours que cette position doit correspondre à la Libre, la majorité parlementaire avant la séparation de 18 députés de cette organisation de gauche, et a annoncé son adhésion au pacte convenu avec le désigné Salvador Nasralla. 

Pour sa part, l’ancien président Manuel Zelaya a dit qu’après 12 ans de conflit et de division politique, débutant à partir du coup d’État contre lui le 28 juin 2009, une nouvelle période de tolérance, d’ouverture et de dialogue s’est imposée, sous l’égide de la  présidente par intérim, Xiomara Castro. 

Le contrat approuve l’exemption délivrée au sein de l’assemblée du parti, qui s’est tenue le 28 juin 2021, pour la signature d’alliances politiques, approuvée par Mme. Castro, remportant la victoire électorale le 27 novembre et le banc des 50 députés. 

Selon le document, « la crise législative ne peut être résolue qu’avec l’unité de Libre pour le projet de refondation nationale » et le privilège des intérêts de la patrie et de la République, sur toute prétention personnelle, aussi sincère soit-elle. 

jcc/acl/dgh

 
EN CONTINU
notes connexes