samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La réduction du déficit budgétaire est un défi pour Cuba

La Havane, 11 février (Prensa Latina) Cuba a aujourd’hui un déficit budgétaire plus important que prévu et le réduire sans recourir à des politiques de choc est le défi, a déclaré le vice-premier ministre et titulaire de l’Économie et de la Planification, Alejandro Gil. 

Intervenant lors de l’émission radiotélévisée Mesa Redonda la veille, le ministre a rappelé que la nation caribéenne a connu une chute de 13 pour cent de son Produit intérieur brut entre 2019 et 2020, ainsi que la perte de plus de trois milliards de dollars, mais que malgré cela l’île n’a pas renoncé aux dépenses sociales. 

Cette action a contribué à l’augmentation du déficit, mais il s’agit de la nature du système socialiste, a signalé Gil en ajoutant que malgré les difficultés le Gouvernement n’a pas fermé d’écoles ni d’hôpitaux, tout en protégeant les plus vulnérables et les travailleurs qui se sont retrouvés temporairement sans emploi en raison de la pandémie de Covid-19 .

Cuba est un pays différent, avec des politiques inclusives, qui doit toujours penser aux solutions pour plus de 11 millions de Cubains, et non pour une minorité, a-t-il souligné.

Le vice-Premier ministre a déclaré que cette année les conditions sont réunies pour, sans aspirer à de grands bonds, poursuivre la reprise progressive de l’économie nationale, ce qui est étroitement lié au maintien du contrôle de la pandémie de Covid-19.

Parmi les variables qui permettent d’envisager de meilleurs résultats en 2022, Gil a notamment évoqué une plus grande stabilité du système électro-énergétique, l’augmentation du nombre de visiteurs internationaux, avec 86 mille en janvier, et l’augmentation des productions agricoles.

À cela s’ajoutent l’incorporation de nouveaux acteurs économiques, avec près de deux mille micro, petites et moyennes entreprises, ainsi que des mesures visant à renforcer les entités étatiques et la création de 200 000 emplois en 2021, malgré les restrictions économiques et la recrudescence du blocus nord-américain imposé à l’île.

Au sujet de ce siège économique, commercial et financier, le ministre a souligné qu’il reste le principal obstacle au développement du pays, et que « nous sommes obligés de chercher les voies pour survivre et avancer afin d’atteindre les objectifs fixés ».

peo/mem/kmg

EN CONTINU
notes connexes