jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le gouvernement cubain protège la population de l’inflation

La Havane, 22 février (Prensa Latina) La ministre cubaine des Finances et des Prix, Meisi Bolaños, a manifesté mardi que le gouvernement cherchait des alternatives pour protéger la population de l’inflation, surtout par le biais de subventions destinés aux services et aux produits de base.

Lors d’une allocution à la télévision locale, Mme Bolaños a affirmé que le gouvernement ne  restait pas les bras croisés face à la hausse des prix, dont « les causes fondamentales  sont la crise économique internationale dérivée de la Covid-19,  exacerbée par le blocus nord-américain. Le   poids de l’ordre monétaire sur l’île n’est pas sans importance.

À cela vient  s’ajouter la déstabilisation du marché national des changes, qui a également un impact sur les coûts.

Bolaños a expliqué qu’au niveau international il y avait un accroissement de la demande et un déficit de l’offre qui, avec les problèmes dans les chaînes d’approvisionnement, ont conduit à une escalade des prix des matières premières et des produits importés, comme c’est le cas pour différents produits alimentaires.

C’est notamment le cas  de l’huile, des haricots, du riz et d’autres produits faisant partie du panier alimentaire de base que la population reçoit chaque mois, mais aussi des carburants nécessaires à l’industrie, à l’agriculture et aux transports, ce qui affecte tous les acteurs de l’économie.

Malgré tout, les tarifs des services sensibles comme l’électricité, l’eau, le gaz liquéfié, les communications et les transports publics, qui bénéficient actuellement d’une forte subvention du budget de l’État, ont été maintenus.

Ce sont  de mesures d’endiguement visant à empêcher que le pouvoir d’achat des Cubains ne se détériore davantage.

Pour la seule électricité, le budget de l’État compense le coût réel du service par quelque 21,5 milliards de pesos (plus de 895 millions de dollars), alors que le panier de la ménagère standard nécessite environ huit milliards de pesos (333 000 dollars). 

Le ministre des finances a avéré que la hausse des prix était au cœur du débat public en raison de sa signification  chez les Cubains et concernant les possibilités d’acquérir certains biens et services. De ce fait la question se veut prioritaire pour le gouvernement.

jcc/msm/kmg

EN CONTINU
notes connexes