mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le parti qui a lancé la candidature de Castillo le défend au Pérou

Lima, 28 février (Prensa Latina) Le Parti Libre du Pérou (PL) ayant  lancé la candidature du président Pedro Castillo a assumé aujourd’hui sa « défense acharnée » face aux accusations de corruption d’une femme d’affaires pour lesquelles les forces d’opposition tentent de le démettre de ses fonctions. 

Le secrétaire général du PL, Vladimir Cerrón, a affirmé que son parti défendra farouchement « le gouvernement populaire, car même s’il n’est pas de gauche, il émane de la volonté démocratique ».

Il a également rejeté ce qu’il a décrit comme l’attitude de coup d’État des forces qui tentent d’évincer le président et, dans le même temps, a condamné la corruption.

Le groupe parlementaire PL a également rejeté « le canular grossier fabriqué par les groupes de pouvoir économique et la concentration médiatique pour promouvoir la vacance présidentielle ».

C’est ainsi qu’il a considéré la fuite à la presse du témoignage légalement confidentiel de la femme d’affaires faisant l’objet d’une enquête pour corruption, qui accuse le président de ce type de crime, dans le but de collaborer avec l’accusation en échange d’un traitement judiciaire déférent.

« Ces actions sont promues par un secteur qui a perdu le pouvoir et qui veut maintenant un ‘nouveau dirigeant' », a ajouté un communiqué du banc de gauche, dans une allusion apparente à la vice-présidente, Dina Boluarte, ou à la chef conservatrice du Congrès, María del Carmen Alva.

« Les pots-de-vin et les offres ne sont pas étrangers à ce type d’action mafieuse. C’est pourquoi nous alertons la population pour qu’elle identifie ceux qui rencontrent secrètement des personnes du ministère public », a-t-il dit.

Il a souligné que ces éléments, « ayant été dépouillés du pouvoir, cherchent à placer un nouveau dirigeant, que la majorité du pays n’a pas élu en tant que tel ».

Le communiqué appuie la déclaration de Castillo qui met en cause le ministère public pour avoir obtenu l’accès au texte du témoignage de la femme d’affaires Karelim López, accusant le président de faire partie d’un réseau de corruption auquel elle a pris part.

jcc/mgt/mrs

EN CONTINU
notes connexes