mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des militants israéliens dénoncent les crimes de Tel Aviv contre les Palestiniens

Tel Aviv, 7 mars (Prensa Latina) Des activistes israéliens ont dénoncé aujourd’hui l’escalade des agressions commises par des colons juifs, soutenus par les militaires de Tel Aviv, contre les Palestiniens en Cisjordanie occupée et la campagne de terreur menée contre ceux qui rejettent cette politique.

Je fais mon devoir en tant qu’être humain, en défendant les Palestiniens, et notamment les bergers, qui subissent les pires traitements de la part des soldats et des colons, a déclaré Jay Hirschfield, 53 ans, lors des déclarations à l’agence de presse officielle palestinienne Wafa.

J’ai été attaqué à maintes reprises par des terroristes juifs et arrêté des dizaines de fois par des forces de l’ordre. De fait, je dois me présenter devant un juge demain pour avoir insulté un policier, a-t-il précisé.

Malgré les menaces, il a assuré qu’il poursuivrait ses protestations jusqu’à ce qu’un accord de paix équitable, incluant la création d’un État palestinien, où « ils pourront vivre dans le respect et sans être harcelés », soit conclu.

Ronit Shaked, une graphiste de 56 ans qui participe régulièrement aux manifestations contre l’occupation, s’est également prononcée en ce sens.

« Nous documentons les crimes commis contre les Palestiniens et les montrons à la population israélienne », a-t-elle déclaré.

Shaked a alerté sur l’augmentation des attaques de la police et de l’armée contre les Palestiniens et les militants solidaires.

« La terreur semée par les colons et les militaires ne nous dissuadera pas de poursuivre nos activités car nous sommes obligés de poursuivre la lutte pour mettre fin à l’occupation et à la violence individuelle et institutionnelle », a-t-elle affirmé.

« Lorsque j’ai rejoint les groupes défendant les droits du peuple palestinien il y a huit ans, j’ai commencé à comprendre et à saisir la portée et l’ampleur de l’injustice dont ils souffrent », a pour sa part déclaré la psychiatre Uday Ronen.

« Notre travail vise à sensibiliser les Israéliens sur ce qui se passe en Cisjordanie », a-t-elle signalé.

Ronen a enfin fait remarquer que les colons et les secteurs d’extrême droite en Israël la qualifient de traîtresse et d’ennemie pour son rejet de ces crimes.

peo/ssa/jf/rob

EN CONTINU
notes connexes