jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des citoyens irano-britanniques libérés par l’Iran arrivés au Royaume-Uni

Londres, 19 mars (Prensa Latina) Les deux citoyens britannico-iraniens libérés par l’Iran après avoir passé plusieurs années en prison pour prétendus espionnage et propagande contre la République islamique sont arrivés jeudi dernier au Royaume-Uni, a confirmé la chancelière Liz Truss.

La ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni a annoncé sur Twitter que Nazanin Zaghari-Ratcliffe et Anoosheh Ashoori étaient arrivés sains et saufs en Grande-Bretagne et qu’ils étaient déjà réunis avec leurs familles et leurs proches.

Truss a également publié des photos d’elle échangeant avec Zaghari-Ratcliffe et Ashoori, qui selon les médias locaux ont atterri jeudi matin à la base aérienne d’Oxfordshire, en Angleterre.

Zaqhari-Ratcliffe, qui travaillait alors pour la fondation Thompson Reuters, a été arrêtée en avril 2016 à l’aéroport international Imam Khomeini de Téhéran et condamnée à une peine de prison pour espionnage et diffusion de propagande contre le gouvernement iranien.

L’arrestation d’Ashoori, un ingénieur civil à la retraite, a eu lieu en août 2017 et il a été condamné à 10 ans de prison pour espionnage pour Israël et corruption.

Un troisième citoyen à double nationalité américano-britannique a également été libéré dans le cadre de l’accord conclu entre Londres et Téhéran, mais il n’a pas pour l’instant l’autorisation de quitter l’Iran, a confirmé Truss.

La chef de la diplomatie britannique a déclaré mercredi dernier que le Royaume-Uni avait par ailleurs remboursé une dette de 530 millions de dollars datant de 1979, lorsque, après le triomphe de la Révolution islamique, le gouvernement britannique a annulé la livraison de chars et de véhicules blindés achetés par le Shah d’Iran avant d’être renversé.

Tant Londres que Téhéran ont nié que la libération des citoyens britannico-iraniens ait été liée au paiement de cette dette.

peo/jf/nm

EN CONTINU
notes connexes