lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Union africaine salue la déclaration de trêve humanitaire en Éthiopie

Addis-Abeba, 25 mars (Prensa Latina) L’Union africaine (UA) a célébré aujourd’hui la récente trêve humanitaire proclamée par le gouvernement éthiopien dans le but de sauver des vies et de réduire les souffrances des citoyens de l’État du Tigré. 

Dans un communiqué, l’organisation a déclaré qu’elle se félicitait de la décision par laquelle les autorités fédérales prendraient des mesures extraordinaires pour accélérer l’aide humanitaire et éviter une plus grande instabilité et de nouveaux déplacements dans la région. 

Elle approuve également l’annonce de l’administration du Tigré de s’engager à observer cette trêve et sa déclaration d’établir la cessation immédiate des hostilités, précise le texte paraphé par le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat. 

De même, l’UA « exhorte la communauté des donateurs et les agences humanitaires à redoubler d’efforts pour soulager la terrible situation humanitaire au Tigré et dans toutes les régions touchées, y compris Amhara et Afar ». 

Tous les partenaires, rappelle-t-elle, doivent intensifier les efforts et les démarches pour garantir l’acheminement de l’aide humanitaire à ceux qui en ont besoin dans ces régions d’Éthiopie. 

Hier, l’Éthiopie a déclaré une trêve humanitaire indéfinie parce que ses efforts n’ont jusqu’à présent pas suffi à améliorer la situation précaire de milliers de personnes qui sont allées chercher de l’aide dans les communautés voisines et ont aggravé le déséquilibre dans la région, indique le texte. 

S’il est très encourageant de voir le lien fraternel et la solidarité manifestés par les localités qui reçoivent ceux qui ont besoin d’assistance, les autorités fédérales ont le devoir d’assurer la stabilité dans la région, a assuré une notification du Service de Communication gouvernemental. 

Il a également noté que l’allégement de la situation des personnes affectées par le conflit contre le Front de libération populaire du Tigré (TPLF, pour ses sigles en anglais)) « est une priorité et une responsabilité que le gouvernement prend très au sérieux ».

À la suite d’une attaque menée par le Front de défense nationale, la guerre a éclaté dans le nord de l’Éthiopie en novembre 2020 et s’est étendue au milieu de l’année dernière aux régions d’Afar et d’Amhara.

Avant la fin de 2021, l’armée a libéré les zones occupées dans ces États, où, selon les rapports officiels, 1,8 million de personnes ont été déplacées et 8,3 millions sont restées en situation d’insécurité alimentaire.

Cependant, l’armée n’a pas avancé vers le Tigré, à l’extrême nord et où se réfugient les membres du TPLF, déclaré organisation terroriste par le Parlement central, et le conflit armé se poursuit sans dénouement définitif.

peo/jcm/raj

EN CONTINU
notes connexes