jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un leader putschiste reconnaît la corruption dans le gouvernement de facto en Bolivie

La Paz, 25 mars (Prensa Latina) La corruption du gouvernement de facto dirigé par Jeanine Áñez (2019-2020) a contribué à l’échec de ceux qui ont brisé l’ordre constitutionnel en Bolivie, a assuré aujourd’hui le gouverneur de Santa Cruz, Luis Fernando Camacho. 

« La corruption de ce gouvernement a été terrible et a mis toute l’opposition dans une situation très difficile », a-t-il déclaré dans une interview publiée par le journal brésilien O Globo.

« C’était un gouvernement qui avait un mandat, il n’aurait pas dû être prolongé », a déclaré le chef des manifestations qui, sous prétexte d’une prétendue fraude électorale, ont renversé le président constitutionnel Evo Morales.

L’ex-responsable du dénommé Comité Civique de Santa Cruz a conduit la grève de trois semaines qui a pratiquement paralysé cette ville, cœur de l’économie bolivienne, lors des événements ayant mené au coup d’État en 2019.

Une fois au pouvoir Áñez, Camacho a placé deux de ses hommes de confiance, Xerxès Justiniano (Présidence) et Fernando López (Défense), dans le cabinet avec le poste de ministres.

Cependant, quelques jours après le début de l’un des procès où l’ancienne mandataire de facto devra comparaître en tant qu’accusée de coup d’État, le gouverneur essaie maintenant de prendre ses distances avec elle.

peo/mgt/jpm

EN CONTINU
notes connexes