vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La spirale de violence contre les leaders sociaux se poursuit en Colombie

Bogota, 30 mars (Prensa Latina) Le leader indigène Sarcelino Lana, qui était le gouverneur de la réserve de Tamandó, dans la municipalité de Medio Atrato, département du Chocó, est mort assassiné dans le contexte de la spirale de violence que connaît aujourd’hui la Colombie.

L’Institut d’études pour le développement et la paix a expliqué que, le jeune homme de 29 ans avait été séquestré par des membres du Clan del Golfo vendredi dernier. 

Les hommes armés l’ont emmené à la rivière  Atrato, où il a été assassiné et son corps jeté à l’eau, lequel à été trouvé flottant front à Beté, le chef-lieu de la municipalité. 

Le Bureau du défenseur du droit a émit une alerte précoce en 2021 pour cette démarcation du Chocó, dans laquelle il signale que dû à la présence continue d’acteurs armés sur le territoire et à l’état de confinement géré para leurs actions de guerres, le développement des activités productives des habitants s’est vu lésé.    

Avec le crime contre Sarcelino Lana,  il y a déjà 48 leaders assassinés en Colombie, au long du 2022. C’est le troisième dans les derniers jours, après l’anéantissement de deux leaders durant une opération militaire dans le département du Putumayo le 28  mars dernier, et 1 348 depuis la signature de l’Accord de paix en 2016.     

Des autorités indigènes du Chocó ont manifesté leur refus catégorique de ce nouveau crime  qui laisse « trois enfants orphelins et une famille sans abri». « Le Mouvement indigène du Chocó, regrette profondément la façon dont  le silence et la douleur  s’approprient des territoires indigènes, faute d’une réponse énergique de l’État colombien », a exprimé le collectif dans un communiqué.

Le soi-disant collectif a exigé au  Ministère publique du pays d’ouvrir une enquête  pour clarifier les faits, et que le Gouvernement mettre en œuvre des stratégies énergiques et réelles pour la protection de la vie dans les réserves et les communautés indigènes dans ce département.     

Les autorités ont  par ailleurs demandé aux groupes armés de respecter les droits à la vie au sein des communautés ancestrales de la nation colombienne.  

La Colombie connaît aujourd’hui une spirale de violence qui porte atteinte à plusieurs départements, tels que Chocó, Arauca, Putumayo, entre autres. A cela viennent s’ajouter deux attaques récentes contre des installations de la police dans cette capitale.

jcc/livp/jcm/otf

EN CONTINU
notes connexes