samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le pape scandalisé et honteux des mauvais traitements infligés aux Indiens du Canada

Cité du Vatican, 1 avril (Prensa Latina) Le pape François a déclaré aujourd’hui qu’il était indigné et honteux des abus subis par les autochtones canadiens, notamment dans les pensionnats.

 

Le Souverain Pontife a prononcé le discours de clôture de la série de rencontres organisées cette semaine avec des représentants de groupes métis, inuits et des Premières Générations, accompagnés de leurs évêques respectifs, afin d’entendre leurs témoignages.

« Par vos voix, j’ai pu toucher de ma main et intérioriser, avec une grande tristesse dans mon cœur, les histoires de souffrance, de privation, de traitement discriminatoire et de diverses formes d’abus subis par beaucoup d’entre vous, notamment dans les pensionnats », a déclaré François.

Le pape a trouvé glaçant de penser au désir d’instiller un sentiment d’infériorité, de faire perdre à quelqu’un son identité culturelle et de couper ses racines, avec toutes les conséquences personnelles et sociales que cela a entraîné et continue d’entraîner, à travers des traumatismes non résolus qui deviennent intergénérationnels. 

L’évêque de Rome a également exprimé sa « douleur et sa honte » pour le rôle joué par de nombreux catholiques, en particulier ceux qui ont des responsabilités éducatives, « dans tout ce qui vous a blessé, dans les abus et le manque de respect pour votre identité, votre culture et même vos valeurs spirituelles ».

Tout cela est contraire à l’Évangile de Jésus, a déclaré le pontife, demandant le pardon de Dieu « pour la conduite déplorable de ces membres de l’Église catholique » et soulignant que « je voudrais vous dire de tout mon cœur : je suis très triste ».

Les audiences papales s’inscrivent dans un processus de reconnaissance et de demande de pardon pour les abus commis par l’Église catholique dans le cadre de son évangélisation des communautés autochtones au Canada.

Il s’agit notamment de l’admission forcée d’élèves dans des pensionnats gérés par le gouvernement et le clergé, comme le pensionnat indien de Kamloops, dans la province de la Colombie-Britannique, où les restes de 215 d’entre eux ont été retrouvés dans des tombes non marquées en mai 2021.

La « découverte choquante des restes » a été évoquée par le pape lors de la prière de l’Angélus du dimanche 6 juin de la même année, lorsqu’il a déclaré que cet événement avait renforcé « la conscience de la douleur et de la souffrance du passé ».

« Ces temps difficiles représentent un appel fort pour nous tous à nous éloigner du modèle colonisateur et à marcher ensemble dans le dialogue, le respect réciproque et la reconnaissance des droits et des valeurs culturelles de toutes les filles et de tous les fils du Canada », a-t-il rajouté.

Le 25 juin le Premier ministre canadien Justin Trudeau a présenté ses excuses pour le traitement passé des peuples autochtones après avoir appris la découverte de 751 autres tombes sur le terrain du pensionnat de Marieval, dans la province de la Saskatchewan.

Entre 1890 et 1997, quelque 150 000 enfants issus des peuples autochtones du Canada ont été placés dans des dizaines de pensionnats publics gérés par des ordres religieux, principalement catholiques, où ils ont subi des violences physiques, psychologiques et sexuelles.

jcc/mgt/fgg

 
EN CONTINU
notes connexes