jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Costa Rica a voté pour le changement au second tour de la présidentielle

San José, 4 avril (Prensa Latina) Elire Rodrigo Chaves du jeune Partido Progreso Social Democrático (PPSD) signifie que les Costariciens viennent de voter pour un changement qui pourrait améliorer la situation que traverse aujourd’hui ce pays d’Amérique centrale.

Après dépouillement de 98,15 % des 6 847 bureaux de vote, M. Chaves – un économiste de 60 ans – a remporté la présidence dimanche avec 52,85 % des votes valides exprimés.

Son adversaire, l’ancien président José María Figueres, du Parti de la libération nationale (PLN), a obtenu 47,15 %, et l’abstentionnisme a atteint 43,23 %, soit plus qu’au premier tour des élections, le 6 février, où il était de 40,29 %. Toutefois, les votes nuls et blancs se sont élevés à 50 860.

Ainsi, les électeurs costariciens n’ont pas donné la victoire tout court au candidat fondateur de sa campagne sur l’antisystème et la garantie qu’aucun politicien national, responsable de la grave situation économique et sociale du Costa Rica depuis près de 40 ans, ne fera partie de son cabinet.

De surcroît, les électeurs ont ignoré les accusations portées contre lui parce que M. Chaves a conclu près de 30 années de travail à la Banque mondiale, assombries par les allégations de deux travailleuses qui lui ont attribué des « avances sexuelles » et un « schéma de comportement inapproprié non désiré » entre 2008 et 2013, selon l’agence elle-même.

Depuis le premier tour des élections générales, il a insisté sur le fait de qualifier ces accusations de ragots et de mensonges. Tout semble indiquer que pour les Costariciens les promesses d’un gouvernement honnête qui cherchera à mettre fin aux privilèges qui font du Costa Rica l’un des 10 pays les plus inégalitaires du monde l’ont emporté sur ses promesses d’honnêteté et qui cherchera à mettre fin aux privilèges faisant du Costa Rica l’un des 10 pays les plus inégalitaires du monde.

Voilà une autre conclusion rapide du résultat du scrutin : les Costariciens ont porté un coup dur au PLN, car bien qu’il ait largement remporté les élections législatives avec 19 sièges, soit le plus grand banc de la prochaine législature qui entrera en fonction le 1er mai, il s’est infligé sa troisième défaite en autant de seconds tours.

Autre fait curieux : lors des trois derniers scrutins, le candidat arrivé en deuxième position au premier tour des élections générales a remporté la présidence du pays au second tour, comme c’est le cas en ce moment de Chaves et, en 2018, celui de Carlos Alvarado du Parti d’action citoyenne (PAC).

En outre, un représentant d’un parti non traditionnel, comme le PLN et le Partido Unidad Social Cristiana pour la troisième fois, ou une force de Calderón Guardia (Rafael Calderón Guardia) qui ont alterné la présidence jusqu’en 2014, lorsque Luis Guillermo Solís du PAC l’a emporté, assumera la présidence du Costa Rica.

Dans son discours de victoire à l’hôtel Radisson de la capitale, Chaves a déclaré : « Je reçois avec la plus grande humilité cette décision sacrée du peuple costaricien, pour moi ce n’est pas un moment de fête, ce résultat n’est pas une médaille ou un trophée, mais une énorme responsabilité avec maintes difficultés que nous allons tous résoudre ».

« Le Costa Rica a voté et le peuple a parlé », a-t-il déclaré. Il a envoyé un message de reconnaissance à l’ancien président Figueres et à tous ceux qui ont voté pour lui. « Je le félicite et je demande que nous travaillions ensemble pour rendre possible ce qu’il a lui-même appelé le miracle costaricien », a-t-il déclaré.

Chaves a promis de faire de son mieux et a demandé de conserver les drapeaux des partis et de s’unir en un seul, celui du Costa Rica, pour aller de l’avant, tout en acceptant l’avertissement des Costariciens qui se sont abstenus de participer à ce second tour, qu’il a décrit comme le plus grand parti du pays.

Maintenant,  « c’est à nous de tenir nos promesses et il n’est pas acceptable de laisser tomber le Costa Rica ».

jcc/jf/ale

 
EN CONTINU
notes connexes