dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Ramonet souligne le caractère médiatique du coup d’État de 2002 au Venezuela

Caracas, 12 avril (Prensa Latina) Le journaliste et écrivain espagnol Ignacio Ramonet a souligné aujourd’hui le caractère médiatique du coup d’État perpétré le 11 avril 2002 contre le président vénézuélien de l’époque, Hugo Chávez (1954-2013).

Lors de sa participation au Sommet international contre le fascisme à Caracas, l’intellectuel a évoqué l’influence des médias dans la tentative de putsch contre le leader de la révolution bolivarienne naissante.

C’était le premier coup (d’État) médiatique de l’histoire, avant il n’était jamais arrivé que les médias ne soient autant ou y compris plus protagonistes que les militaires eux-mêmes dans un coup d’État », a déclaré Ramonet dans des déclarations à Venezolana de Televisión.

Bien que les entreprises de communication privées se mobilisent traditionnellement contre un gouvernement populaire, au Venezuela, elles ont été des protagonistes directs dans la tentative de renverser le président, a manifesté l’analyste politique.

Du point de vue de Ramonet, le cas vénézuélien s’est avéré très particulier, puisque les propriétaires des médias étaient impliqués dans le coup d’État contre Hugo Chávez et avaient tout préparé avec les secteurs militaires participant à la tentative de putsch.

Le 11 avril 2002, la droite vénézuélienne a poussé au renversement du leader de la Révolution bolivarienne, à la suite d’une campagne médiatique sanglante visant à ternir la figure du président et les idéaux progressistes qu’il représentait.

La direction de la corporation entrepreneuriale Fedecámaras et les médias privés, en complicité avec des secteurs de l’opposition et de la hiérarchie ecclésiastique, ont conspiré avec des éléments du haut commandement militaire pour renverser le chef de l’État et placer de facto l’oligarque Pedro Carmona à la présidence.

Le coup d’État avait auparavant été planifié avec un massacre contre le peuple vénézuélien dans les rues proches du Palais de Miraflores (siège de l’exécutif), par l’emploi de tireurs embusqués et afin de responsabiliser le gouvernement de Chávez.

Hugo Chávez est resté séquestré par les putschistes jusqu’à son sauvetage le 13 avril par des militaires fidèles à l’ordre constitutionnel, qui, avec l’insurrection populaire dans les rues, ont mis fin au coup d’État.

peo/rgh/Wup 

EN CONTINU
notes connexes