samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le prélude à la Baie des Cochons à la lumière de l’actualité

La Havane, 15 avril (Prensa Latina) Les attaques simultanées de trois aéroports cubains le 15 avril 1961 traduisent le fait que la tactique et la stratégie de Washington à l’égard de Cuba et sur la scène internationale sont encore très similaires aujourd’hui.

Cet événement, secouant l’ensemble du pays avec indignation, a marqué le prélude à l’invasion de la Baie des Cochons.

Plus de six décennies plus tard, l’événement est toujours bien vivant, même si les détracteurs de la Révolution qui, deux ans plus tôt seulement, avait vaincu la dictature de Fulgencio Batista (1952-1958) tentent de répandre un manteau d’oubli.

Ce jour-là, alors que le soleil commençait à se lever, huit bombardiers B-26 en provenance de Puerto Cabezas, au Nicaragua, se sont abattus sur les bases aériennes de Ciudad Libertad et de San Antonio de los Baños, dans la province de La Havane de l’époque, et de Santiago de Cuba, dans l’est de l’île.

À l’aide de bombes et de roquettes hautement explosives, les attaquants avaient l’intention de détruire le plus grand nombre possible d’avions de l’armée de l’air cubaine au sol.

Comme l’a expliqué peu après le leader de la Révolution, Fidel Castro, « il s’agissait d’une opération avec toutes les caractéristiques et les règles d’une opération militaire ».

Néanmoins, les mots de Fidel Castro aujourd’hui encore semblent résonner aux oreilles des dirigeants étasuniens devant une foule en colère de miliciens les armes levées, lors d’un discours prononcé à l’occasion du deuil des victimes des attentats, à l’angle emblématique de la 23e et de la 12e, à La Havane :

« Ce que les impérialistes ne peuvent nous pardonner, c’est que nous restons débout, ce que les impérialistes ne peuvent nous pardonner, c’est la dignité, la force d’âme, le courage, la fermeté idéologique, l’esprit de sacrifice et l’esprit révolutionnaire du peuple de Cuba. »

jcc/rgh/rc

 
EN CONTINU
notes connexes