mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Diaz-Canel condamne la guerre médiatique contre le système judiciaire cubain

La Havane, 28 avril (Prensa Latina) Le premier secrétaire du Parti communiste de Cuba (PCC), Miguel Diaz-Canel, a dénoncé la guerre médiatique qui tente aujourd’hui de discréditer les lois du pays caribéen et les procès qui y ont eu lieu suite aux émeutes de juillet 2021.

Le président de la République a également assuré que les États-Unis « et leur réseau subversif, notamment par leur ambassade à La Havane, maintiennent une attitude injurieuse et provocatrice en vue de détruire l’unité de la Révolution, en cherchant à créer des brèches dans des domaines aussi sensibles et prioritaires pour la nation que la famille et les droits de l’Homme ».

En clôturant la quatrième session plénière du Comité central du PCC, Diaz-Canel a souligné la manipulation de la question des personnes poursuivies pour leur participation aux émeutes des 11 et 12 juillet 2021.

« Notre système judiciaire est centré sur la rééducation et la réinsertion dans la société de ceux qui commettent des délits, parce que c’est l’humanisme et le respect de l’être humain qui y prévalent », a-t-il souligné.

Le chef d’État a indiqué que les personnes impliquées dans les faits avaient été poursuivies conformément aux dispositions de la loi pénale en vigueur, avec un traitement différencié de chaque cas, en fonction de leur participation et de l’infraction commise.

Les procès « se sont déroulés dans le plein respect de la loi, avec toutes les garanties et dans la plus totale propreté et transparence, comme cela a été sistématiquement rapporté par nos organes judiciaires », a-t-il déclaré.

« Pourquoi ces procès à Cuba sont-ils si importants et non la condamnation des disparus, des dirigeants sociaux et des journalistes assassinés quotidiennement, des abus policiers, des centres de torture clandestins, des forces paramilitaires qui agissent et sont reconnues par d’autres gouvernements planète », a questionné le mandataire.

Il a également condamné l’utilisation de fausses nouvelles, les pressions visant à ce que des lettres soient écrites ou affichées publiquement contre ces procès, ainsi que les messages de haine diffusés sur les réseaux sociaux numériques.

Au sujet de la nation caribéenne dans le contexte de la Covid-19, le mandataire a rappelé que les États-Unis « ont maintenu le blocus à des niveaux extrêmes pendant la pandémie et parié sur le fait que face à cette situation la Révolution tomberait ».

« Cuba n’a jamais reçu d’offre du Gouvernement des États-Unis concernant la pandémie, et, malgré cela, hypocritement, brutalement et abusivement, il a promu une campagne sur les réseaux sociaux de SOS contre notre pays », a-t-il ajouté.

Face à cette situation, le président a souligné que la solution est de continuer à défendre l’indépendance, la souveraineté, la démocratie socialiste, la paix, l’efficacité économique, la sécurité et le socialisme.

« Les objectifs sont dans notre Constitution. Nous abordons ces objectifs à partir de l’unité, tout en reconnaissant la diversité et l’hétérogénéité de notre société », a-t-il commenté.

Il a de nouveau exhorté à écouter les préoccupations des travailleurs et leurs propositions, comme des jeunes aux artistes, créateurs, journalistes et professionnels de la science.

peo/mem/idm 

 
EN CONTINU
notes connexes