mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Trois policiers blessés lors des affrontements contre des gangs en Haïti

Port-au-Prince, 29 avril (Prensa Latina) Les affrontements entre la police et les groupes armés qui se font la guerre dans le nord de la capitale haïtienne ont fait au moins trois blessés parmi les officiers, a confirmé aujourd’hui un porte-parole de la police.

Le porte-parole de la police, Gary Desrosiers, a déclaré que les affrontements ont eu lieu à Croix des Bouquets, une banlieue nord-ouest de Port-au-Prince, dans le cadre d’opérations de police visant à traquer les gangs qui cherchent à étendre leur territoire.

Depuis dimanche, le conflit s’est intensifié entre les gangs Chen Mechan et 400 Mawozo dans la région connue sous le nom de plaine du Cul de Sac, dans le nord de la capitale. Ces gangs se disputent des territoires où vivent des dizaines de milliers de personnes.

Les affrontements ont fait 20 morts, des dizaines de blessés, des milliers de déplacés et une vingtaine de maisons incendiées, selon un rapport de la protection civile, qui a averti que la guerre des gangs pourrait s’intensifier.

L’organisme d’État a prévenu que l’accès au nord du pays par les routes nationales 1 et 3 pourrait être compromis, ce qui isolerait tous les départements de la capitale, la route nationale 2, qui relie les provinces du sud, restant bloquée en raison de la persistance de la situation d’insécurité.

Des centaines de groupes armés opèrent actuellement en Haïti, contrôlant des zones stratégiques du pays sans pratiquement aucune résistance de la part de la police.

La vague de violence déclenchée a multiplié les meurtres et les enlèvements, malgré les promesses du gouvernement de contrôler le phénomène.

De leur côté, les organisations de la société civile ont organisé plusieurs manifestations contre l’insécurité, dont certaines ont été réprimées par la police, et le premier ministre, Ariel Henry, répète dans ses discours qu’ « ils s’efforcent d’endiguer la violence, responsable d’un millier d’enlèvements en 2021 ».

jcc/mem/ane

EN CONTINU
notes connexes