samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le gouvernement et l’opposition reprennent les négociations politiques en Haïti

Port-au-Prince, 13 mai (Prensa Latina) Suite à une impasse de plusieurs mois, les principales forces politiques haïtiennes ont repris les pourparlers. Des réunions entre le Gouverneront et l’opposition sont attendues ce week-end, a précisé aujourd’hui l’une des parties impliquées.

Le Premier ministre haïtien, Ariel Henry et l’organisatrice de l’Accord Montana, Magalie Comeau Denis ont tenu une réunion ce mercredi pendant près de 3 heures pour convenir sur les principaux sujets de débat de la prochaine rencontre, selon des déclarations de l’un des membres du bureau de suivi de l’accord, signée par de larges secteurs de la société civile.

Les deux factions ont soutenue une rencontre pour la dernière fois au début de cette année, après l’élection de l’économiste Fritz Jean comme président d’un éventuel gouvernement de transition, des scrutins rejetés par le gouvernement.

Néanmoins, la situation d’insécurité en raison de la vague de violence impulsée par les gangs qui ont pratiquement siégé la capitale, et la mort récente d’au moins cent personnes lors des affrontements entre groupes armées rivaux, met à nouveau sur la table le besoin de parvenir à un accord politique réel et efficace.

« Nous sommes dans une situation intenable. On dit qu’il est impossible de se plonger dans la région de Montana. Il faut établir des responsabilités et progresser »,  a déclaré dans l’émission de radio Magik9 Ted Sit-Dic, membre du Bureau de suivi de l’Accord de Montana.

Depuis plusieurs années, Haïti est plongé dans une crise politique qui s’est aggravée après l’assassinat en juillet du président Jovenel Moïse, un délit qui a consolidé le vide institutionnel.

Faute de président, avec un gouvernement dysfonctionnel depuis janvier 2020 et l’irrégularité du fonctionnement du système judiciaire, le gouvernement a peu de marge de manœuvre, tandis que les institutions de l’État perdent leur légitimé et le  gouvernement semble ne pas être en mesure de bénéficier du soutien économique extérieur.

jcc/ssa/ mv/ane

EN CONTINU
notes connexes