jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les ambassades africaines à Cuba se préparent à fêter la Journée de l’Afrique

La Havane, 18 mai (Prensa Latina) Les ambassades africaines à Cuba se préparent à célébrer la Journée de l’Afrique dès jeudi au moyen  d’un riche programme d’activités politiques, culturelles, scientifiques-médicales et de solidarité en coordination avec les agences locales.

Le lancement de l’agenda commémoratif aura lieu le jeudi 19 dans le parc des héros africains de La Havane. Il sera dirigé par l’ambassadeur d’Égypte, Maher El-Adawy, et accompagné de ses collègues de Guinée-Bissau, du Nigeria et d’Afrique du Sud, entre autres.

Plus d’une dizaine d’événements allant de conférences, de visites de centres historiques, de réunions de solidarité, d’hommages, de rencontres avec des étudiants africains à Cuba et de galas musicaux sont inclus dans le programme qui se déroulera jusqu’au 25, date à laquelle cet anniversaire est célébré.

La Journée de l’Afrique ou Journée africaine de la liberté est une fête annuelle célébrée le 25 mai dans différents pays. Il a été décrété dans le but de sensibiliser aux besoins auxquels les nations africaines continuent de faire face.

Elle sert également à justifier toutes les avancées socio-économiques qu’ils ont réalisées, y compris leur libération du colonialisme.

L’origine de cette célébration remonte au Congrès des États africains de 1958, où les participants ont exprimé leur détermination à se libérer de la colonisation étrangère.

La Journée de l’Afrique met également en lumière les réalisations des pays africains qui sont peu médiatisées dans la presse internationale, notamment dans le secteur économique et social, comme les progrès, certes encore limités, des femmes au milieu de grandes difficultés.

Dans le cas des femmes, elles ont commencé lors de dernières années à occuper des postes importants dans la politique, l’économie, la culture et la science, ce qui a signifié une amélioration de l’égalité des sexes, même si celle-ci doit encore se généraliser, selon les organisations africaines.

jcc/mh

 
EN CONTINU
notes connexes