mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’accord Mexique-Cuba porte sur la formation médicale, la recherche et les vaccins

Mexico, 20 mai (Prensa Latina) L’accord Mexique-Cuba sur la santé prévoit la formation de spécialistes, la recherche, les vaccins, les médicaments et l’embauche de médecins cubains, a annoncé vendredi le ministère de la Santé.

Comme le président Andrés Manuel López Obrador lui avait promis de divulguer à part entière l’accord souscrit auprès du gouvernement cubain, car il n’y avait rien à cacher, le ministère s’est exécuté et a mis le texte à la disposition de toute la presse et sur son site web.

Le texte indique que le 8 mai, à La Havane, le ministre mexicain de la Santé, Jorge Alcocer Varela, et son homologue cubain, José Ángel Portal Miranda, avaient signé l’accord de coopération entre le ministère mexicain de la Santé et le ministère de la Santé publique de la République de Cuba dans le domaine de la santé.

Son objectif était d’établir le cadre juridique de référence, grâce auquel les deux agences développeront des activités de coopération technique, scientifique et universitaire.

Il établit également, à l’article II « Domaines et modalités de coopération », que les deux parties pourront envoyer des spécialistes pour fournir des services de prévention, de santé publique, de soins et de télémentorat dans des unités ou des institutions sanitaires, proposer et mettre à disposition des espaces annuels pour la formation de médecins spécialistes.

Les deux pays concluront de plus des accords sur les médicaments et les vaccins, la recherche scientifique et tout autre domaine convenu par écrit.

Concernant les médicaments et les vaccins, le document précise qu’en fonction de leurs besoins et conformément aux procédures juridiques correspondantes, les deux pays pourraient acquérir des médicaments, des vaccins et toutes sortes d’équipements de fabrication médicale.

En matière de recherche scientifique, les deux pays mettront en place un comité technico-réglementaire pour développer des actions communes.

Parmi les domaines envisagés, la faisabilité du développement d’un programme de soins complets pour les patients diabétiques est en cours d’analyse, dont les spécifications, si nécessaire, seront précisées dans le projet de coopération spécifique correspondant.

Les informations échangées entre les deux pays dans le cadre de l’accord ne peuvent être rendues publiques ou transférées sans le feu vert écrit préalable du prestataire.

L’accord met en valeur  également les domaines de compétence, les projets de coopération spécifiques, le financement, la propriété intellectuelle, la protection des informations, les autorités de coordination, les relations de travail, le règlement des différends, l’entrée en vigueur, la durée et la résiliation.

Enfin, il explique qu’il est entré en vigueur à la date de la signature et qu’il est valable pour deux ans. Il peut être modifié par consentement mutuel, par le biais de communications écrites, en précisant la date à laquelle il entrera en vigueur, ou il peut être résilié à tout moment moyennant un préavis écrit de 90 jours.

jcc/mgt/lma

 
EN CONTINU
notes connexes