vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Lopez Obrador révèle un faux montage au Mexique contre des médecins cubains

Mexico, 25 mai (Prensa Latina) Le président Andrés Manuel López Obrador a démenti aujourd’hui un montage de presse sur des médecins cubains dans le cadre d’une campagne contre les décisions du gouvernement en matière de santé.

Il a lancé cette accusation dans la rubrique Who’s Who in Lies, animée par la journaliste Ana Elizabeth García Vilchis, contre laquelle les médias grand public concentrent également leurs attaques.

Elle a dénoncé les critiques, les disqualifications, le racisme et la xénophobie à l’encontre des médecins cubains en précisant qu’il s’agissait uniquement de ce groupe, car « les Mexicains comprennent et savent que d’autres pays les ont reconnus, comme l’Italie et Andorre, pour leurs qualités professionnelles et humaines ».

García Vilchis, pour sa part, a donné des détails sur le photoreportage : un prétendu hôpital au Mexique où des médecins « mexicains » apparaissent contre des Cubains qui à vrai dire est une manifestation en Équateur où les médecins demandaient à la population pendant la pandémie de Covid-19 « Ne sortez pas, restez à la maison !

Le président a déclaré que l’opposition politique mexicaine et certains groupes privés s’opposaient à la gratuité des soins et des médicaments, ainsi qu’à la décision de combler une partie de la pénurie de spécialistes en engageant des étrangers.

Le journal de droite le plus radical, La Reforma, le magazine Impacto et d’autres ayant d’importants revenus publicitaires, n’écrivent pas une seule ligne en faveur du gouvernement et sont les principaux diffuseurs de fausses nouvelles.

Il a décrit ces campagnes de dénigrement comme une « sale guerre » contre son gouvernement.

Le président a déclaré que « ces médias réactionnaires se présentent maintenant comme s’ils étaient les champions de la démocratie et de la vérité, mais tout le monde les connaît ».

À de nombreuses reprises, Lopez Obrador a révélé les revenus que des journaux comme Reforma, El Financiero, El Universal, le magazine Proceso et bien d’autres ont reçu d’autres gouvernements.

Il a cité des journalistes devenus millionnaires grâce à leurs mensonges, comme Luis Loret de Mola et Jorge Ramos qui gagnent jusqu’à 20 millions de pesos par mois (un million de dollars), avec de grandes propriétés immobilières au Mexique et aux États-Unis.

Il a inclus des intellectuels liés à la presse comme chroniqueurs, comme Enrique Krauze, historien et éditeur.

Le chef de l’État a dénoncé le caractère mercantile de ces médias, dont la prétendue liberté d’expression est un commerce. Mais ces attitudes et intérêts doivent être mis de côté et le droit à la libre expression des idées et, surtout, le droit de réponse doivent être garantis, a-t-il précisé.

Il a dit que certains de ces médias étaient comme le Sommet des Amériques où ils invitent des représentants dont on ne sait même pas de quel continent ils sont issus, c’est-à-dire qu’ils peuvent être soi-disant progressistes, toutefois ils ont des citoyens de droite à l’intérieur. « Il est important de ne pas « impérialiser » les histoires ou manipuler les informations », a-t-il insisté.

jcc/mgt/lma

EN CONTINU
notes connexes