jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Ukraine exige l’exportation de céréales en échange du transfert d’armes à Kiev

Kiev, 8 juin (Prensa Latina) Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmitry Kuleba, a déclaré mercredi que son gouvernement approuvait les négociations sur l’exportation de ses céréales à partir des ports de la mer Noire, mais a exigé le transfert d’armes pour protéger le port d’Odessa.

Telles ont été les déclarations du ministre ukrainien des Affaires étrangères à la presse en allusion aux résultats des entretiens de mercredi à Ankara entre ses homologues russe, Sergey Lavrov, et turc, Mevlut Cavusoglu.

Les deux ministres des affaires étrangères ont jugé la réunion utile et ont réaffirmé le soutien de leurs pays à la mise en œuvre de garanties de sécurité qui permettraient le transfert de céréales de l’Ukraine vers d’autres pays à travers la mer Noire.

M. Kuleba a clairement indiqué que Kiev menait des pourparlers pour résoudre la crise alimentaire et débloquer l’approvisionnement en céréales de son pays, en premier lieu par l’intermédiaire des Nations unies (ONU).

« Nous accueillons toutes les autres voies et tous les efforts, mais à une condition : la décision finale doit tenir compte à 100 % des intérêts de l’Ukraine en matière de sécurité », a-t-il déclaré.

Le chef de la diplomatie ukrainienne a souligné que les autorités ukrainiennes comprenaient la fourniture d' »un nombre suffisant d’armes capables de protéger Odessa et cette partie de la côte de la mer Noire depuis le sol » comme des garanties de sécurité.

De même, la création d' »une mission chargée de patrouiller le corridor pour l’approvisionnement en céréales par des navires provenant de pays sur lesquels l’Ukraine peut compter » et, à cet égard, il a fait référence à la marine turque. Lors de la conférence de presse conjointe avec Lavrov,  Cavusoglu a affirmé qu’un mécanisme pour la mise en œuvre d’un tel corridor qui serait organisé par les Nations unies, la Russie, l’Ukraine et la Turquie, était en cours de discussion.

« Nous considérons que ce plan est réaliste. Il est nécessaire de discuter des mesures à prendre pour assurer la sécurité du passage des navires », a affirmé le représentant d’Ankara.

Le ministre russe des Affaires étrangères a quant à lui dit qu’en coordination avec les autorités turques, Moscou est prêt à assurer la sécurité des navires quittant les quais ukrainiens.

La Russie sera prête à coopérer pour résoudre le problème des céréales ukrainiennes si les autorités de Kiev sont prêtes à le résoudre.

Il a expliqué que la flotte russe de la mer Noire avait annoncé qu’elle ouvrirait des corridors humanitaires allant des eaux territoriales ukrainiennes presque jusqu’au détroit du Bosphore, qui pourraient être utilisés par des navires désireux de quitter l’Ukraine et de se rendre dans les ports de base et les ports de déchargement.

Selon les analystes politiques, la demande d’armement de Kiev en échange d’exportations de céréales pourrait jeter une ombre sur les négociations menées jusqu’à présent pour répondre aux besoins du marché alimentaire mondial, qui se trouve confronté à une crise.

jcc/mv/mml

 
EN CONTINU
notes connexes