samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Honduras plaide pour l’unité et l’inclusion au Sommet des Amériques

Los Angeles, États-Unis, 11 juin (Prensa Latina) Le Honduras a plaidé ici pour l’unité et l’inclusion de tous les pays lors du neuvième Sommet des Amériques, où la nation centraméricaine était représentée par le ministre des Affaires étrangères Enrique Reina.

Intervenant lors de la rencontre continentale, dont les États-Unis ont exclu Cuba, le Nicaragua et le Venezuela, le chef de la diplomatie hondurienne a transmis un message de la présidente Xiomara Castro, qui a appelé à une participation égalitaire.

« Nous sommes une Amérique, une grande patrie dans sa richesse et son immense diversité. Tous les États égaux font partie de ce grand et puissant continent », a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Il a également appelé à renforcer la confiance entre les démocraties, en respectant les engagements pris en matière de droits de l’Homme, de gouvernance transparente et de bonnes pratiques en matière de réglementation, de lutte contre la corruption et d’état de droit.

« Une Amérique unie nous fera avancer, une Amérique sans mesures unilatérales ni blocus », a-t-il souligné.

Il a déclaré que la présidente Castro, qui ne s’est pas rendue au Sommet des Amériques pour soutenir les pays exclus et mentionnés ci-dessus, partageait tous les thèmes et accords issus du sommet pour rechercher ensemble des solutions et relever les grands défis de la région.

« Du dialogue, de la confrontation des idées surgissent les solutions à tous les problèmes qui nous assaillent », a affirmé le diplomate hondurien.

Reina a évoqué le plan d’action sur la santé et la résilience dans les Amériques, ainsi que le programme régional pour la transformation numérique, tout en appelant au respect de l’autodétermination des peuples et à la non-ingérence.

« Nous sommes tous confrontés à de grands défis institutionnels, structurels et en matière de droits de l’Homme dans le renforcement de la démocratie et de l’état de droit. Nous ne pouvons pas devenir les juges d’autres États et nations », a-t-il déclaré.

Le ministre a également évoqué dans son discours la question des migrations, l’une des plus complexes de l’hémisphère, appelant à un traitement digne et humanitaire de tous les migrants circulant sur le continent.

Il a appelé à l’évaluation et au renforcement des capacités et de la résilience des systèmes de santé et des chaînes de valeur sanitaires aux niveaux national et régional, l’être humain étant être au centre des politiques.

peo/car/ybv

EN CONTINU
notes connexes